Après réflexion, François Hollande dit tout le mal qu'il pense d'Emmanuel Macron

Couverture du livre de François Hollande Les leçons du pouvoir

ZOOM Couverture du livre de François Hollande Les leçons du pouvoir. Stock

Il met en avant la nécessité de vouloir "procéder à un examen lucide de (son) action, les réussites, les avancées, mais aussi les échecs que j'assume entièrement".

Dans son ouvrage, François Hollande revient également sur le départ d'Emmanuel Macron de son gouvernement, sur fond d'ambition présidentielle.

Plusieurs mois après l'annonce de son écriture, le livre de François Hollande intitulé Les Leçons du pouvoir se dévoile enfin dans plusieurs extraits publiés dans Le Figaro et L'Obs. Un an après le premier tour de la présidentielle, l'ex-chef de l'Etat veut surtout réhabiliter un bilan critiqué à plusieurs reprises par Emmanuel Macron (son ancien conseiller et ministre) et peu défendu par des socialistes désireux de tourner la page après des revers électoraux cinglants.

Faudra-t-il à l'avenir compter sur François Hollande?

Malgré de nombreuses critiques, l'ancien chef de l'Etat revendique dans son livre le bilan de son quinquennat, avec "une économie assainie et revigorée". "La négociation prend plus de temps, mais elle produit des résultats plus solides". Il raconte comment son ministre tente à l'époque de calmer les rumeurs, en lui adressant un SMS à la veille de donner un meeting à la Mutualité. "Mes soutiens diront demain que le 12 [juillet 2016] ne sert ni à démissionner ni à annoncer ma candidature. Grotesque. Bises." Mais le jour J, pourtant, la foule scande "Macron président". Il entre dans un développement emberlificoté sur une "offre politique" qui exprime bien plus la gêne que l'ambiguïté.

François Hollande a encore des choses à dire. A-t-il été trahi, comme lui demande L'Obs ? On ne construit rien sur le soupçon, répond François Hollande. Si la majorité de gauche avait été unie, et que l'opposition de droite n'avait pas été représentée par un candidat discrédité, il n'y aurait pas eu de place pour l'aventure féerique d'Emmanuel Macron. Et de renchérir: "Son élection doit beaucoup à un jeu du destin et à l'état des autres forces politiques".

Dernières nouvelles