Christian Estrosi auditionné dans l'enquête financière sur le stade de Nice

Valerio Pennicino via Getty Images                       Christian Estrosi entendu dans l'enquête sur le stade de Nice

Valerio Pennicino via Getty Images Christian Estrosi entendu dans l'enquête sur le stade de Nice

Il a été convoqué et entendu devant le Parquet national financier à Paris dans l'affaire de la construction du grand Stade de Nice, sous le régime de l'audience libre.

Christian Estrosi a été entendu dans les bureaux des enquêteurs à Nanterre (Hauts-de-Seine) "pendant près de quatre heures, ce qui est relativement court", a estimé son conseil. "Ses réponses m'ont paru pertinentes et capables de mettre un terme à tout soupçon", a-t-il ajouté. Pour l'avocat du maire de Nice, Jean-Yves Leborgne, son client ne sera pas inquiété: "L'enquête arrivant à son terme, il était inenvisageable que le maire, ne soit pas entendu".

En 2016, un rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) de Provence-Alpes-Côte d'Azur avait critiqué les conditions juridiques du recours à un PPP et la procédure de sélection du partenaire.

Un partenariat public privé L'Allianz Riviera a été inauguré en septembre 2013. Cinq mois plus tard, des perquisitions avaient été réalisées sur la Côte d'Azur et en région parisienne, notamment à la mairie de Nice et chez Vinci et Bouygues. Construit dans la plaine du Var par Vinci et des entreprises locales, le stade a coûté 243 millions d'euros, dont 69 millions de subventions publiques, et le mode de financement public-privé engage la ville à verser pendant une période de 27 ans une redevance de 8 millions d'euros, à charge pour le concessionnaire d'assurer l'entretien et la maintenance du stade.

Bouygues, le concurrent le moins cher au moment des offres initiales, avait fortement augmenté son prix au moment de l'offre finale.

Dernières nouvelles