Un Français sur quatre réfléchit à supprimer son compte Facebook

La patron de Facebook Mark Zuckerberg lors de son audition devant le Congrès le 10 avril

La patron de Facebook Mark Zuckerberg lors de son audition devant le Congrès le 10 avril

Si Mark Zuckerberg a récemment tenté de rassurer les actionnaires en affirmant que le mouvement #DeleteFacebook n'avait pas engendré de départs en masse du réseau social, un sondage réalisé récemment par Creative Strategies apporte une version assez différente de la situation, en affirmant que près de 10% des américains ont pris la décision de fermer leur compte Facebook. Elle mène vers un formulaire où il faut donner - paradoxalement - son nom et son email, pour demander des comptes au réseau social. Ces derniers consistent en des données que le réseau social recueille auprès des utilisateurs qui ne sont pas inscrits sur la plateforme.

Cela signifie que même si vous n'avez pas de compte Facebook, Facebook a probablement un compte sur vous.

Lors de la deuxième journée d'audition, le PDG a été interrogé sur ce que l'on appelle les "shadow profiles ", ou profils fantômes. Au cours de ses auditions, Zuckerberg a déclaré à plusieurs reprises que Facebook donnait le contrôle sur les données personnelles à ses membres. Il suffit que l'un ou l'une de vos contacts ait partagé ses contacts téléphoniques avec Facebook, ou son carnet d'adresse mail, ou qu'il ait mentionné des informations vous concernant sur Messenger, pour que Facebook les ait réunies et conservées dans une sorte de " dossier " virtuel vous concernant. Toutes ces infos seront ensuite associées aux " comptes fantômes " Facebook de ces personnes, sans qu'elles ne le sachent.

Ainsi, quand deux personnes ne se connaissent absolument pas, elles peuvent alors être reliées grâce à Facebook par le biais d'un mail d'une tierce personne, par exemple, qui aurait été partagé par deux autres personnes. Puis lorsque Lujan lui demande s'il évoque là des "shadow profiles ", Zuckerberg indique ne pas être "familier " avec les profils fantômes, ou du moins le terme. Vous ne pourrez restreindre les infos que vous avez vous-même fournies au réseau de Zuckerberg par l'intermédiaire des paramètres de confidentialité de votre compte.

Dernières nouvelles