Il ne faut pas boire plus de dix bières par semaine

Consommation d'alcool : Un verre de trop reste un verre de trop

Boire plus de dix verres d'alcool par semaine réduit grandement l'espérance de vie

100 à 200 g d'alcool ou plus par semaine étaient associées à une réduction de l'espérance de vie de 1 à 2 ans.

Malgré les études antécédentes visant à prouver que la consommation d'alcool réduisait les risques de faire une crise cardiaque, cette nouvelle recherche montre qu'elle augmente les chances de souffrir d'autres maladies cardivasculaires: "Cette étude montre clairement que dans l'ensemble, la consommation d'alcool ne présente aucun avantage pour la santé", a déclaré Tim Chico, professeur de médecine cardiovasculaire à l'université de Sheffield, en Angleterre.

En revanche, la consommation d'alcool était associée à un risque légèrement inférieur de crises cardiaques non fatales. Bien sûr, il appartient aux individus s'ils pensent que cela en vaut la peine.

Ces repères de consommation sont censés fixer à la limite à partir de laquelle des risques pour la santé commencent à se manifester. Elle augmente pourtant celles de souffrir d'autres maladies cardiovasculaires.

L'étude s'est concentrée sur les buveurs actuels afin de réduire le risque de biais causé par ceux qui s'abstiennent de consommer de l'alcool en raison d'une mauvaise santé. La moitié des participants consommait plus de 100g par semaine (cinq ou six verres), et 8,4% plus de 350g. A en croire cette étude, l'impact sur son espérance de vie serait donc non négligeable.

Selon les scientifiques, l'Italie, le Portugal et l'Espagne, et à un moindre degré les États-Unis, le Canada ou la Suède, devraient abaisser leurs recommandations en matière d'alcool.

La recherche soutient les directives récemment réduites du Royaume-Uni, qui recommandent depuis 2016 que les hommes et les femmes ne boivent pas plus de 14 unités d'alcool chaque semaine. Ainsi, la Corée du Sud, l'Espagne, l'Estonie, le Japon, la Roumanie ou encore l'Uruguay suggèrent une consommation inférieure à 40 grammes d'alcool pur par jour (!). Le communiqué précise ainsi que "Accueillant favorablement la volonté des professions viticoles de s'associer aux politiques publiques de prévention, les ministres entendent conduire ces discussions dans un esprit constructif et d'ouverture" avant de conclure "Les ministres ont rappelé leur attachement à un discours public de responsabilité et de sensibilisation de la population dès lors qu'il est aussi reconnu que la consommation de vin fait partie du patrimoine gastronomique français et du rayonnement des produits des territoires français à l'international". Erreur de timing, négation d'une évidence médicale...

Près de 49 000 personnes meurent chaque année en France à cause de l'alcool. Son coût annuel a été estimé à 17,6 milliards d'euros.

Paradoxe: on dit "santé" avant de s'enfiler un verre d'alcool alors que c'est précisément ce verre qui peut ruiner ta santé.

Risk thresholds for alcohol consumption: combined analysis of individual-participant data for 599 912 current drinkers in 83 prospective studies - Angela M Wood et al.

Dernières nouvelles