Sur TF1, Macron assure qu'il ira "jusqu'au bout" — Grève SNCF

Macron : la dette de la SNCF sera «pour partie et progressivement reprise»

Emmanuel Macron promet d'"aller au bout" de la réforme de la SNCF

Ce jeudi 12 avril, Emmanuel Macron s'est exprimé au sujet de cette mesure (décidée en janvier dernier) lors de l'interview accordée au JT de TF1 de 13h. Après avoir abordé le dossier syrien et avant de se justifier sur la CSG ou la situation de l'hôpital public, le président a lancé un "appel au calme" aux cheminots en grève contre la réforme de la SNCF. Tout en les accusant de mener un combat illégitime. "S'il y a un accord sur la transformation de la SNCF, que la SNCF fait sa mue, devient plus compétitive et cesse d'être systématiquement déficitaire comme c'est le cas actuellement, l'État est prêt à faire un effort".

Au-delà du contenu de la réforme, les syndicats dénoncent la méthode de l'exécutif, qui organise selon eux des concertations de pure forme depuis le début du mois de mars et resterait sourd à leurs suggestions.

Voilà le message qu'a voulu faire passer Emmanuel Macron sur ce conflit social: la réforme est légitime, juste ("les Allemands ont fait la même") et garantira l'avenir de "l'entreprise SNCF". Qu'est-ce qu'on leur demande aux cheminots? "Ce n'est pas acceptable", a tancé le président. "Si les résultats sont contrastés, on dira aux départements de reprendre la main". Une comparaison qui a fait bondir ses opposants. Et Emmanuel Macron de s'atteler à un travail d'explication qui avait été jusqu'ici peu - ou mal - fait par son gouvernement. L'ex-porte-parole de la France insoumise Raquel Garrido a ainsi twitté immédiatement sa réprobation, et rappelé les difficultés que connaît justement l'entreprise de distribution du courrier. Une déclaration, affirmée et répétée pendant l'émission, qui n'est pas de nature à calmer la grogne des cheminots et de leurs syndicats.

Dernières nouvelles