Vincent Bolloré convoqué par des juges français — Ports de Conakry

Vincent Bolloré soupçonné d'avoir financé des campagnes électorales en échange de concessions en Afrique

France-Afrique : Vincent Bolloré soupçonné de « corruption d'agent public étranger »

Une perquisition avait déjà été menée en avril 2016 au siège du groupe Bolloré dans le cadre de cette enquête.

Le président Guinéen, Alpha Condé, a remporté les élections en novembre 2010 alors qu'il était conseillé par Havas.

Toutefois, interrogé par Reuters, le groupe Bolloré affirme n'avoir reçu aucune convocation de la justice. Une agence dans laquelle Bolloré détient des parts.

Sous d'autres cieux et dans presque le même contexte à la même époque, c'est ce même Jean-Philippe Dorent de l'agence Havas qui a pris en charge une partie de la communication de Faure Gnassingbé alors que ce dernier battait campagne pour se faire élire à la tête du Togo. Concession qui est revenue entre les mains de Bolloré directement après. Obtenir en échange de ces financements des concessions portuaires.

"Aucun dirigeant du groupe n'a reçu de convocation", a déclaré à Reuters une porte-parole du groupe Bolloré.

Présente en Afrique depuis plus de trente ans, Bolloré Africa Logistics gère aujourd'hui, seule ou en partenariat, seize ports maritimes et une vingtaine de ports secs.

Les conditions de l'obtention de la gestion logistique des ports de Conakry et de Lomé, au centre d'une enquête judiciaire, renforcent l'idée que Vincent Bolloré, l'homme qui murmure à l'oreille de certains chefs d'Etat, profiterait de cette proximité pour fructifier ses affaires.

Ces huit dernières années, ses investissements se chiffreraient à deux milliards d'euros ( 1312 milliards de francs CFA), lesquels, se défend-il, lui auraient permis d'acquérir les concessions portuaires incriminées.

Dernières nouvelles