De nouvelles frappes occidentales provoqueraient "le chaos", prévient Vladimir Poutine — Syrie

Frappes en Syrie : Poutine dénonce

Déclaration de Vladimir Poutine suite aux frappes occidentales contre la Syrie

Le président Poutine a également annoncé que la Russie convoquait une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU pour évoquer "les actions agressives des Etats-Unis et de leurs alliés" en Syrie.

Le 14 avril, les États-Unis soutenus par leurs alliés ont frappé des sites militaires ainsi que ceux de l'infrastructure civile de la République arabe syrienne. Sans l'aval du Conseil de sécurité de l'Onu, en violation de la Charte de l'Onu, des normes et des principes du droit international, un acte d'agression a été commis à l'encontre d'un État souverain qui se tient à l'avant-garde de la lutte antiterroriste.

"Les experts militaires russes qui se sont rendus sur les lieux de cet incident imaginaire n'ont trouvé aucune trace d'utilisation de chlore ou d'autre substance toxique. Aucun habitant local n'a confirmé d'attaque chimique", a ajouté M. Poutine dans cette déclaration. Washington, Londres et Paris ont déclaré que les coups sont une réponse aurait eu recours à des armes chimiques en syrie, la ville de Douma.

La Russie condamne avec une extrême fermeté l'attaque contre la Syrie où des militaires russes aident le gouvernement légitime à combattre le terrorisme.

" Cependant, en signe de mépris cynique, un groupe de pays occidentaux a décidé de prendre des mesures militaires sans attendre les résultats de l'enquête".

"Par leurs actions, les Etats-Unis aggravent encore la catastrophe humanitaire en Syrie, apportent des souffrances à la population civile, favorisent les terroristes, qui tourmentent depuis sept ans le peuple syrien, et provoquent une nouvelle vague de réfugiés", a encore déclaré le Kremlin.

L'escalade en cours autour de la Syrie produit des effets destructeurs sur l'ensemble du système des relations internationales.

" L'histoire rétablira la vérité des faits, et Washington porte déjà la lourde responsabilité de l'outrage sanglant en Yougoslavie, en Irak et en Libye".

Dernières nouvelles