Il tue son chiot à la hache, 18 mois ferme requis — Albertville

Le père de famille de 37 ans est jugé devant le tribunal correctionnel d'Albertville pour avoir tué son chiot à coups de hache. L'audience a débuté à 14 heures ce lundi 16 avril 2018

Albertville: il tue son chiot à la hache, 18 mois ferme requis

Très vite, la police découvrira que cet homme imposait un véritable climat de terreur à sa famille, frappant et humiliant très souvent sa femme et ses cinq enfants.

L'homme, arrêté et incarcéré vendredi, était jugé en comparution immédiate.

Avant de rendre son jugement, le tribunal prévoit des expertises psychiatriques pour l'homme.

Ses explications livrées à la barre ce lundi n'ont pas semblé convaincre le procureur de la République.

A la barre, le prévenu, qui comparaissait pour "sévices graves sur animal de compagnie", a confié avoir simplement voulu "euthanasier" la petite chienne blessée. "Je ne suis pas un délinquant. Je n'ai jamais été violent", a-t-il assuré. D'après BFMTV, " elle l'emmène immédiatement chez le vétérinaire, qui diagnostique une simple blessure sans gravité particulière. Il s'est justifié en précisant que l'animal avait une patte cassée et qu'il ne voulait pas d'un chien handicapé.

Horrifié par cette scène, c'est le propre enfant de cet homme qui a prévenu la police. Mais le contexte domestique du père de famille révèle une violence chez lui inquiétante. Quelques jours plus tôt, il avait tué à coups de hache le chiot de la famille devant les yeux de sa femme et de son fils. "Le chien ce sont les prémices de ce qui aurait pu leur arriver ".

Le procureur a requis 18 mois de prison ferme. Mais le profil inquiétant du suspect a poussé le tribunal à ordonner des expertises psychiatriques préalables en vue d'une prochaine audience, prévue pour le 24 mai. Jusqu'à cette date, le trentenaire sera maintenu en détention préventive.

Elle a recueilli à ce jour plus de 7.000 signatures. Sept associations de défense du droit des animaux, dont la SPA et One Voice, étaient présentes au procès et se sont portées partie civile, d'après le site Francebleu.fr.

Dernières nouvelles