Les réactions se multiplient après les frappes de représailles en Syrie

AFP 2018 Jalaa Marey Frappes en Syrie Israël ferme une partie de son espace aérien au-dessus du Golan

AFP 2018 Jalaa Marey Frappes en Syrie Israël ferme une partie de son espace aérien au-dessus du Golan

La Ligue arabe, qui s'est réunie à Dhahran dans l'est de l'Arabie saoudite, a également dénoncé l'usage d'armes chimiques par le gouvernement Syrien avant de réclamer une enquête internationale impartiale.

Le régime a démenti toute implication dans cette attaque qui a fait au moins 40 morts et des centaines de blessés, selon les secouristes en zones rebelles, les Casques blancs.

Ces exercices de grande envergure se tiennent su fond de tension entre les Etats-Unis et la Chine qui se sont engagés dans une guerre commerciale, tension aggravée par la négociation d'un contrat de vente d'armes de plus d'un milliard de dollars entre Washington et l'île voisine de Taïwan.

"L'OIAC est arrivée samedi à Damas".

Les missions d'enquête de l'OIAC débutent toujours par une série d'entretiens privés avec des officiels. Les experts de l'OIAC qui ont foulé le sol syrien samedi n'ont pas encore réussi à accéder à Douma ce lundi.

Dimanche, le président Bachar el-Assad a une nouvelle fois assuré que la Syrie s'était débarrassée de tout son arsenal d'armes chimiques avec l'aide de la Russie. Précisons en premier lieu que ce groupe jihadiste irréductible lié à Al-Qaïda, qui a pris en otage ses propres civils de la Ghouta orientale pendant des mois et a refusé d'appliquer les accords d'évacuation afin de se " prévaloir " du maximum de morts, a été ainsi de facto " vengé " par les Occidentaux, comme lors des dernières " frappes " américaines, exactement un an plus tôt, lorsqu'en réaction à l'attaque supposée " chimique " de Khan Cheikhoun (86 mort) du 4 avril 2017, les Etats-Unis avaient tiré 59 missiles Tomahawk sur la base militaire d'Al-Chaayrate (Homs), le 7 avril pour venger la mort de civils et miliciens d'une base islamiste-jihadiste assiégée par l'Armée syrienne.

L'agence officielle syrienne a affirmé que des missiles avaient été interceptés mardi par la défense aérienne dans le pays, trois jours après des frappes occidentales menées en représailles à une attaque chimique présumée qui fait l'objet d'une enquête de l'OIAC dont les enquêteurs sont attendus mercredi à Douma. Au cours de l'entretien télévisé diffusé sur BFMTV/RMC et Mediapart, il avait affirmé que la France avait "convaincu" M. Trump "qu'il fallait rester dans la durée" en Syrie.

Mais MM. Poutine et Rohani ont estimé que l'"action illégale" des Occidentaux "endommageait sérieusement les perspectives d'un règlement politique en Syrie". "Il est essentiel que la Syrie donne enfin un accès complet, immédiat et sans entrave à toutes les demandes de l'OIAC, qu'il s'agisse de sites à visiter, de personnes à interviewer ou de documents à consulter", poursuit le ministère.

Dernières nouvelles