Sécurité: Une messagerie chiffrée pour le gouvernement verra le jour à l'été

Sécurité: Une messagerie chiffrée pour le gouvernement verra le jour à l'été

Le gouvernement utilisera sa propre messagerie chiffrée dès cet été

"Ce n'est pas une messagerie secret défense, c'est une messagerie qui se veut fonctionnelle comme Whatsapp ou Telegram", a expliqué Guillaume Poupard, le directeur général de l'Agence (rattachée aux services du Premier ministre), au cours d'une conférence de presse dressant le bilan annuel de l'Anssi. L'application Whatsapp, propriété de Facebook, est basée aux Etats-Unis, tandis que Telegram, qui a été fondée par deux Russes, les frères Durov, est officiellement enregistrée aux îles Vierges britanniques. On apprend que la Direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication (Dinsic) s'est vu confier la mise en œuvre de cette application, avec l'aide d'un prestataire privé qui reste à ce jour inconnu. Le logiciel ainsi développé pourrait être proposé non seulement aux hauts fonctionnaires, mais également aux particuliers.

Toutefois, les autres messages envoyés à travers l'application passent par les serveurs de l'entreprise, et sont donc susceptibles d'être piratés, ou bien manipulés par Telegram.

Pour le secrétaire d'État au numérique, il faut que la France s'équipe de sa propre solution de messagerie chiffrée. Chez France Inter, il a fait cette annonce en précisant: "Au sein de ce gouvernement, j'ai la responsabilité de la transformation des outils numériques de l'État (.) Nous travaillons sur une messagerie publique chiffrée, qui ne sera pas dépendante de l'offre privée".

Cette application qui est actuellement en phase de test depuis plusieurs mois, sortira à l'été prochain et s'adressera d'abord aux ministres, puis aux fonctionnaires de l'administration française et des collectivités territoriales.

La messagerie Telegram est aujourd'hui couramment utilisée par les ministres ou parlementaires français. Mais Telegram donne très peu d'informations sur sa technologie de chiffrement ou la localisation des serveurs qu'il utilise, ce qui commence à déranger le gouvernement.

Dernières nouvelles