" "Entre Merkel et Macron le " charme " menace de rompre — Europe

Le gouvernement allemand a vivement critiqué l'attaque antisémite

Le gouvernement allemand a vivement critiqué l'attaque antisémite

Alors qu'Emmanuel Macron a qualifié la refonte de la zone euro comme "le cœur" de ce qu'il souhaite faire en Europe, Angela Merkel n'a mentionné le sujet qu'en dernier dans sa liste de réformes nécessaires en Europe, après une politique migratoire ou une politique étrangère communes.

"Je pense que l'Allemagne peut apporter sa propre contribution et que nous trouverons d'ici juin des solutions conjointes, avec la France; à ce titre j'attends avec impatience la visite de jeudi, parce que ce sera un pas de plus vers l'élaboration d'une position commune", a dit la chancelière, évoquant sa prochaine rencontre avec le président français.

En matière militaire, Paris s'est allié aux Etats-Unis de Donald Trump pour les frappes en Syrie, auxquelles l'Allemagne a refusé de participer.

Il en va ainsi de la réforme de la zone euro voulu par le Président, que les conservateurs voient comme une perte de souveraineté. En clair: ne pas faire des mesures punitives comme le contrôle des déficits et de la dette l'unique priorité de la zone euro, et accorder une plus grande place aux mécanismes d'entraide et de soutien à la croissance.

"Aucune union monétaire ne subsiste s'il n'y a pas des éléments de convergence, a ajouté Emmanuel Macron, et donc ce sur quoi nous voulons travailler, ce sont des éléments plus incitatifs et cohérents qui permettent une bonne solidarité au sein de l'Union monétaire".

Concrètement, la France appelle de ses voeux la création d'un budget autonome pour soutenir les investissements et la croissance ou la création d'un poste de ministre des Finances de l'Union monétaire. Et elle le fait pour marquer sa différence, à un moment où elle est sous pression croissante de son parti conservateur qui lui demande de ne rien lâcher.

"Nous sommes d'accord qu'il y a besoin de solidarité en Europe mais que la compétitivité est nécessaire", a-t-elle dit.

"Je pense que nous apportons d'autres éléments (Ndlr: que ceux de la France), mais je pense que la somme de nos propositions pourra permettre au final d'arriver à un bon résultat", a-t-elle ajouté. Un conseil ministériel franco-allemand préparatoire est programmé le 19 juin. En revanche, Angela Merkel a dit être intéressée par le plan d'Emmanuel Macron sur les immigrés, sujet de premier ordre pour elle depuis le succès électoral de l'AfD sur ce thème lors de la précédent élection, élection qui l'avait péniblement porté au pouvoir une fois de plus.

Mais Angela Merkel a réitéré le refus de son pays de mettre en oeuvre dans l'immédiat le troisième et très important pilier de ce projet: la création d'un fonds européen de garantie bancaire des dépôts des particuliers.

Dernières nouvelles