7 millions de morts par an — Pollution mondiale

New Delhi lors d'un pic de pollution en novembre 2017.
                  REUTERS  Cathal McNaughton

New Delhi lors d'un pic de pollution en novembre 2017. REUTERS Cathal McNaughton

"9 personnes sur 10 respirent de l'air contenant des niveaux élevés de polluants", pointe l'agence de l'ONU, un chiffre inchangé depuis la publication du dernier rapport de l'OMS à ce sujet il y a deux ans.

L'OMS explique la hausse du nombre de victimes par une explosion de la mortalité due à la pollution de l'air extérieur (4,2 millions contre 3 millions en 2016). "Si nous n'agissons pas très vite, le développement durable restera une chimère", s'alarme Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Près de 7 millions de personnes meurent chaque année à cause de l'exposition aux particules fines contenues dans l'air pollué, toujours selon l'OMS. Elles peuvent ainsi aggraver ou provoquer des problèmes de santé: accident vasculaire cérébral, maladies cardiaques, cancer du poumon, pneumonie et autres troubles respiratoires.

L'activité humaine ne constitue pas la seule source de pollution de l'air.

D'après l'organisation, plus de 90% des décès dus à la pollution de l'air se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire (Asie et en Afrique surtout), suivis des pays à revenu faible ou intermédiaire des régions de la Méditerranée orientale, de l'Europe et des Amériques.

Parmi les principales causes de la pollution atmosphérique, l'organisation onusienne cite des émissions de l'industrie, le transport d'essence et de diesel et le combustible domestique (trois milliards de personnes parmi les plus pauvres du monde n'ont pas accès aux technologies de cuisson propres et utilisent encore le bois, le pétrole ou le charbon). "Nous constatons un intérêt politique de plus en plus marqué pour mesurer et surveiller la qualité de l'air, en particulier dans les pays à revenus élevés", affirme la directrice du département de Santé publique de l'OMS, le Dr Maria Neira.

Cette année, l'OMS organisera la première conférence mondiale sur la pollution de l'air et la santé (du 30 octobre au 1er novembre 2018) afin de réunir les gouvernements et les partenaires dans le cadre d'une mobilisation mondiale visant à améliorer la qualité de l'air et à lutter contre le changement climatique. En tête des mégapoles les plus polluées en particules fines figurent New Delhi, Le Caire, Dakha, capitale du Bangladesh, Bombay et Pékin, selon l'OMS.

Dernières nouvelles