L'Écosse, première nation au monde à introduire un prix minimum pour l'alcool

L'Écosse met en place un prix minimum pour l'alcool

En Écosse, un prix minimum sur l'alcool

Le prix minimum est de 0,57 euro par unité d'alcool. "C'est un jour historique pour l'Écosse".

L'Ecosse est devenue, mardi 1mai, la première nation au monde à introduire un prix minimal pour l'alcool, avec l'entrée en vigueur d'une loi après des années de bataille juridique. En Écosse, il est de 50 pence (57 cents) par unité d'alcool, une mesure qui prend en compte le volume du produit et sa teneur en alcool. Aucune marque ne peut échapper. Une bouteille de 75 cl de vin à 12,5% ne pourra ainsi pas être vendue moins de 4,69 livres, soit 5,20 euros.

"Cette loi sauvera des vies", s'est notamment réjoui Alison Douglas, directrice générale de l'organisation caritative Alcohol Focus Scotland. Conséquence, les décès liés à l'alcool étaient en hausse: 1.265 en 2016, soit 10% de plus que l'année précédente.

Les commerçants ont déclaré qu'ils s'attendaient à des pertes minimes et avaient depuis longtemps anticipé la mise en place de la mesure. De plus, la mesure rend impossible les gros rabais sur les spiritueux et la bière que peuvent pratiquer la grande distribution.

La loi, votée en 2012 par le Parlement écossais, entre finalement en vigueur après des années de querelles judiciaires. La Cour suprême a soutenu l'initiative du gouvernement écossais l'an dernier, rejetant l'appel constitué par l'Association du Whisky écossais (Scotch Whisky Association, SWA) et d'autres représentants de cette industrie pour l'annuler.

L'Écosse, c'est bien sûr le pays du whisky et les producteurs ont bataillé contre cette disposition, allant même jusqu'à la Cour européenne de justice en 2015.

Sept juges à Londres ont unanimement déclaré que la mise en place d'un prix minimum était "un moyen proportionné d'atteindre un but légitime" et ne violait pas les lois européennes. L'Association a donc trouvé un consensus avec le gouvernement pour mettre en œuvre cette mesure. D'après Nicola Sturgeon, "les whiskies haut de gamme pour lesquels l'industrie écossaise est si renommée ne figurent pas parmi les produits alcoolisés qui seront les plus touchés par les prix minimums".

Dernières nouvelles