Des métaux lourds dans le nouveau Levothyrox — Thyroïde

Levothyrox:

REMY GABALDA AFP

La Jurassienne Chantale Garnier, coprésidente de l'AFMT, exige un retour à la première version du Lévothyrox.

Des métaux dans la nouvelle formule pourraient-ils expliquer le scandale de la nouvelle formule du Levothyrox?

Alors que l'Association française des malades de la thyroide organise mercredi un rassemblement à Paris, "20 Minutes" a interrogé ses lecteurs pour savoir où il en était avec ce médicament.

Pour des raisons toujours inconnues, le changement de formule en 2017 a provoqué une vague d'effets secondaires (fatigue, maux de tête, insomnie, vertiges, douleurs articulaires et musculaires et chute de cheveux). L'AFMT a rendu publique des analyses menées par un spécialiste en médecine nucléaire au profit de l'association.

"On met en évidence des nanoparticules avec des alliages fer-chrome, chrome-nickel, fer-chrome-silicium, ferrochrome-aluminium, alors que dans l'ancienne formule il y avait seulement quelques débris d'acier", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Paris en présence de l'actrice Anny Duperey. Ces tests ont concerné plusieurs dizaines de comprimés de Lévothyrox de la nouvelle et de l'ancienne formule.

Le laboratoire Merck a dans la foulée démenti "formellement la présence de nanoparticules" ou de n'importe quel "débris d'acier" dans le médicament Levothyrox. Elles indiquent qu'une analyse réalisée en janvier 2018 sur les différentes spécialités à base de levothyroxine " a montré la présence de métaux à l'état de traces dans tous les médicaments analysés, dont l'Euthyrox (l'ancienne formule du Levothyrox) ".

Le Dr Guillet a estimé que ce communiqué ne répondait pas aux interrogations.

L'avocate de l'AFMT, Marie-Odile Bertella-Geffroy a annoncé qu'elle allait transmettre ces nouvelles analyses à la juge d'instruction du pôle santé publique du tribunal de Marseille qui enquête depuis début mars sur des faits de tromperie aggravée, blessure involontaire et mise en danger de la vie d'autrui.

7000 plaintes ont déjà déposées dans toute la France.

Les malades se disant victimes de la nouvelle formule du Levothyrox ont manifesté mercredi 2 mai devant l'Assemblée nationale à Paris pour dénoncer "une crise sanitaire loin d'être terminée".

Dernières nouvelles