Elle décède peu après avoir alerté, en vain, le Samu — Strasbourg

Après la mort de Naomi, ses proches accusent le Samu de négligence :

Strasbourg : Elle décède peu après avoir alerté, en vain, le Samu

Quelques heures plus tard, une jeune femme de 22 ans décédait après avoir été renvoyée vers SOS Médecins qui l'a finalement retransférée vers... le Samu, selon France 3. Naomi, en tant qu'être humain, tout simplement, avait le droit d'être secourue, d'être prise en charge. Vers 11 h, Naomi passe son appel au Samu. Un enregistrement que le site Heb'di, le premier sur l'affaire, a pu consulter. "Aidez-moi Madame, j'ai très mal" l'entend-on supplier au bout du fil. "Si vous ne me dites pas ce qui se passe, je raccroche", explique l'opératrice.

- J'ai... j'ai... Madame, j'ai très mal. - Vous appelez SOS médecins, c'est 03 88 75 75 75, d'accord? Vous pouvez appeler les pompiers mais ça vous ne pouvez pas?

"Oui, vous allez mourir, certainement, un jour, comme tout le monde", répond alors froidement son interlocutrice.

- Vous appelez SOS médecins, c'est 03.88.75.75.75, d'accord?

- Je peux pas vous aider, je ne sais pas ce que vous avez.

- J'ai très mal, j'ai très très mal.

- J'ai très mal au ventre (.) et mal partout.

- Oui, ben, vous appelez SOS médecins au 03.88.75.75.75, voilà, ça je ne peux pas le faire à votre place.

La jeune femme avait ensuite appelé SOS médecin comme cela lui avait été conseillé. Le procureur de la République a été saisi. De son côté, la direction générale des Hôpitaux universitaires de Strasbourg a ouvert une enquête administrative " pour faire toute la lumière sur les faits relatés dans l'article " d'Hebdi. "Ce qui est sûr, c'est que la façon dont l'opératrice s'exprime n'est pas acceptable". Une autopsie réalisée quelques jours après son décès a démontré qu'elle souffrait de défaillances multiviscérales, c'est-à-dire de gros dysfonctionnements des reins, du foie, du cœur, du tube digestif, du système nerveux ou encore de l'appareil vasculaire.

"Nous ne savons toujours pas pourquoi Naomi est décédée, on n'a pas su nous donner les causes de sa mort", a témoigné sa grande sœur auprès d'LCI ce lundi. "Elle rêvait de reprendre ses études, elle élevait seule sa fille". "Elle m'a dit qu'elle va mourir, et ça s'entend qu'elle va mourir", renchérit la première, et des rires sont échangés entre les deux femmes.

Dernières nouvelles