Israël triomphe, la France 13e — Eurovision

Tous pour Zo

Eurovision: on craque pour Zoé l'Autrichienne francophone

Israël avait déjà remporté l'Eurovision à trois reprises, en 1978, 1979 et 1998.

Il y aura la robe géante de la soprano estonienne et les mouvements de gallinacé d'une déconcertante israélienne voulant incarner l'esprit #MeToo, mais aussi le piano en flammes du rockeur ukrainien et un viking pacifiste venu du Danemark faire entendre sa puissante voix.

Selon les cotations compilées par le site eurovisionworld.com, la représentante chypriote Eleni Foureira, une Grecque d'origine albanaise, disposait d'un léger avantage, avant la première répétition générale prévue vendredi après-midi.

La chanson Toy était interprétée par la chanteuse israélienne de 25 ans Netta Barzilai, située aux antipodes d'une typique diva télégénique en raison de son surpoids.

De son côté, la France se place à une honorable 13e place. Pourtant bien placée par les bookmakers, la chanson Mercy, une composition de pop mélodieuse qui raconte le périple d'une enfant née sur un bateau de migrants.du duo "Madame Monsieur" n'a pas su séduire les téléspectateurs européens.

"Merci d'avoir accepté la différence et célébré la diversité", a réagi la chanteuse en pleurs, sur la scène de l'Altice Arena, la plus grande salle de spectacle du Portugal.

"Cette année, il y a un vrai suspense, avec beaucoup de possibles vainqueurs", a commenté Blair Thorpe, un Britannique de 43 ans.

Hors compétition, le tenant du titre Salvador Sobral remontera sur scène, aux côtés du chanteur brésilien Caetano Veloso, pour la première fois depuis qu'il a subi une transplantation cardiaque début décembre.

Dernières nouvelles