Il sauve deux millions de bébés grâce à son précieux plasma

Edition numérique des abonnés

Il sauve deux millions de bébés grâce à son précieux plasma

James Harrison, un Australien à l'époque âgé de 14 ans, a une grave infection pulmonaire qui oblige les médecins à lui retirer l'un des poumons. L'opération lui demande trois mois de convalescence à l'hôpital. A son jeune âge, le garçon comprend déjà l'importance du don du sang et se promet de suivre aussi tôt que possible l'exemple des donneurs et donneuses anonymes à qui il doit la vie. Son sang contenait un anticorp anti-D rare aux propriétés bien particulières. Son plasma contenait un anticorps particulièrement rare. Un mal causé par les anticorps de la femme enceinte qui détruisent les globules rouges du fœtus et causent des déficiences cérébrales pouvant aussi entraîner une fausse couche.

Pour éviter la MHN, il faut donc que la future maman prenne un traitement. Après 1173 dons en un peu plus de 60 ans, il a atteint à 81 ans la limite autorisée. Il contient des anticorps anti-D. Environ 17% des femmes enceintes auraient besoin de "cet antidote" pour donner naissance à un bébé en pleine santé. Dès l'âge de 18 ans - âge légal pour donner son sang en Australie -, il commence donc à donner régulièrement son hémoglobine. Le vendredi 11 mai 2018, il a effectué son 1173ème et dernier don de plasma. Grâce à celui-ci, la Croix-Rouge aurait ainsi pu sauver de nombreux enfants.

L'Australien James Harrison n'est sans doute pas un homme comme les autres.

James Harrison donnait une fois tous les quinze jours.

Dernières nouvelles