La croissance de 2017 révisée à 2,2% — Comptes nationaux

Le premier ministre Edouard Philippe lors d’une visite chez Seb Moulinex en Mayenne le 23 avril

Croissance 2017 relevée à 2,3%, déficit confirmé à 2,6% du PIB

La France s'est portée mieux que prévu en 2018. "Il faut revenir à 2007, soit avant la crise, pour retrouver une croissance supérieure, à 2,4 % ", rappelle Mathieu Plane, économiste à l'OFCE.

Les précédentes estimations de croissance relevées par l'Insee la chiffraient à 1,9% en janvier, et 2% en février.

"On a un message plus favorable globalement sur le commerce extérieur et sur l'investissement", résume Ronan Mathieu, responsable du département des comptes nationaux à l'Insee. Cette nouvelle révision, qui " confirme l'intensité de la reprise sur 2017", résulte de " la dynamique de l'investissement des entreprises et des ménages", souligne aussi Mathieu Plane. L'Institut national de la statistique et des études économiques confirme aussi la croissance du PIB à 1,2 % en données brutes pour 2016 et celle en volume à 1,1 % pour l'année 2015. Et le commerce extérieur, qui avait entamé une partie de la reprise en 2015-2016, contribue cette fois positivement, "ce qui n'était pas arrivé depuis 2012", observe l'économiste. L'État va néanmoins en profiter puisque le ratio de dette publique rapporté au PIB a diminué de 0,2 point; les ratios de la dette publique par rapport aux dépenses publiques, aux recettes et aux prélèvements obligatoires reculent de 0,1 point même s'ils restent toujours aussi élevés (96,8% pour la dette). Le résultat final donne la progression du PIB à 2,2%. "Pas spécialement" mais "cela signifie que c'est le bon moment pour continuer à faire les réformes", a-t-il dit. Un chiffre légèrement supérieur à celui de la Banque de France (1,9 %) mais inférieur à ceux de l'OCDE (2,2 %) et du FMI (2,1 %).

Dernières nouvelles