Fortes tensions pour Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale — "Misogynie crasse"

Les députés examinaient le projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles, porté par Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes.

Sur Twitter, Marlène Schiappa a réitéré ses accusations quelques minutes après parlant de référence à sa vie sexuelle. "(.) Madame la ministre, ce qui est irresponsable et incompréhensible pour les Français, c'est que vous puissiez à ce moment manquer à votre parole, et faire passer votre conception libertaire des rapports sexuels, y compris entre mineurs et majeurs, avant la protection de nos enfants!". Une allusion, également, au passé d'écrivain de romans érotiques de la benjamine du gouvernement.

La secrétaire d'Etat a demandé une suspension de séance, dénonçant des insultes et des suppositions totalement déplacées qui démontrent selon elle la "misogynie crasse " du député et son ignorance profonde de ce qu'est la liberté des femmes. En direction du député Di Filippo, il a questionné: "La sexualité dite 'libertaire' : est-ce que c'est une sexualité qui se pratique avec des sous-vêtements rouges et noirs, peut-être?" "Réactionnaire, conservateur, une sexualité triste sans aucune doute, pas nécessairement misogyne", a-t-il expliqué.

Le texte voté par les députés ne fixe pas un âge de consentement sexuel à 15 ans, comme évoqué un temps.

Dernières nouvelles