La justice se prononce mercredi sur les mises en examen — Affaire Grégory

Affaire Grégory la justice se prononce mercredi sur les mises en examen

PATRICK HERTZOG AFP

L'information vient de tomber, la Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Dijon vient d'annuler les mises en examen des époux Jacob et de Murielle Bolle. A l'époque, Murielle Bolle n'avait pas été assistée d'un avocat lors de ses interrogatoires à la gendarmerie, la loi ne l'imposant pas.

La chambre de l'instruction a considéré "qu'il n'y avait pas d'indice grave et concordant laissant à penser qu'elle ait pu participer à l'infraction qui lui est reprochée".

Un nouveau coup de théâtre dans l'affaire Grégory, relancée de façon spectaculaire en juin dernier. "Il est souhaitable qu'elle ne se termine que lorsqu'on connaîtra le coupable", a-t-il poursuivi.

Accusation de Les conseils de cette femme de 48 ans ont aussi invoqué la nullité de sa garde à vue en 1984 et ils contestent la "réintroduction dans le dossier d'actes annulés" par le deuxième magistrat instructeur - le juge Simon - de 1987 à 1990.

A l'automne 1984, Murielle Bolle, alors âgée de 15 ans, avait accusé son beau-frère Bernard Laroche, lors d'une garde à vue devant les gendarmes, d'avoir enlevé Grégory, avant de se rétracter. Les deux septuagénaires sont soupçonnés d'avoir été les "corbeaux" de l'affaire, à l'origine de plusieurs lettres anonymes bien renseignées.

Dernières nouvelles