Le retour du sulfureux Lars Von Trier — Cannes

ABACA 483975_002

Lars Von Trier a-t-il récidivé avec son dernier film à Cannes ?

Peu de temps après avoir été banni du Festival de Cannes pour des propos peu songés, Lars von Trier est de retour avec un nouveau film qui sème la controverse à Cannes. "Disons que ça va", a simplement ajouté Lars von Trier, rappelant qu'il avait " été onze fois ici avant ".

Intitulé The House That Jack Built et mettant en vedette Matt Dillon, le film fait actuellement scandale au point où des gens quittent la salle de projection à la poignée, selon plusieurs rapports émanant de Cannes.

Le spectateur découvre peu à peu ses pensées, à travers sa conversation avec un inconnu. À la vue de ce trailer porté par la musique de David Bowie, on peut effectivement en être convaincu.

Mais au fur et à mesure que le film avance et que sont décrits ses crimes, l'horreur s'installe.

Connu pour les scènes de sexe et de violence de ses films, Lars von Trier, grand habitué de la Croisette, devrait présenter lundi un film chargé en hémoglobine.

Malgré des excuses presque immédiates, en 2011, Lars von Trier fut déclaré persona non grata au festival, une sanction sans précédent.

Le réalisateur de Melancholia, Breaking the Waves ou Dancer in the Dark l'assure: The House That Jack Built sera son film le plus violent. "Je n'ai jamais été et ne serai jamais nazi", avait-il affirmé en recevant le plus prestigieux prix danois récompensant une personnalité de la culture.

"Il a récemment également été visé par des accusations de harcèlement sexuel proférées par la chanteuse islandaise Björk, le premier rôle de Dancer in the Dark". "Mais le fait est que nous n'étions vraiment pas amis", s'est-il défendu.

Dernières nouvelles