Violences à l'hôpital : bientôt 40% de caméras supplémentaires à l'AP-HP

Pour lutter contre la violence aux urgences Martin Hirsch annonce

LUDOVIC MARIN AFP

Pour limiter ces violences faites aux agents du milieu hospitalier, Martin Hirsch s'engage à équiper les hôpitaux de Paris de "40 % de caméras supplémentaires, soit plus de 1 500 au total, installées d'ici à trois ans, là où les équipes estiment en avoir besoin". Objectif: faire de l'hôpital un "lieu ouvert" et un "lieu sûr". Représentant un investissement de "30 millions d'euros", la mesure concernera la plupart des établissements.

L'incivilité, la violence et les tensions sont le lot quotidien des soignants à l'hôpital. Temps d'attente trop important, prise en chargé jugée mauvaise ou alcoolisation font partie des motifs de tension de la part de certains patients ou de leurs proches, décrit Le Parisien. "Depuis quelques années, il est à la mode de se focaliser sur la religion dans les hôpitaux, alors que l'incivilité y est un problème beaucoup plus important", note-t-il également.

A Paris l'hôpital soigne aussi les urgences d'hébergement
France A Paris l'hôpital soigne aussi les urgences d'hébergement France Urgences: des réunions quotidiennes pour éviter les erreurs

L'AP-HP a enregistré 3.282 "événements indésirables" en 2017. Dans Le Parisien, Martin Hirsch, patron des hôpitaux de Paris, présente mardi son plan de lutte contre la violence aux urgences, basé notamment sur le développement de la vidéosurveillance.

Martin Hirsch a annoncé que pour la première fois, des caméras seraient mises en place dans un service de réanimation: l'hôpital Beaujon à Clichy.

Dernières nouvelles