Des propositions pour éviter la "ghettoïsation" des personnes âgées

Les personnes âgée dépendantes victimes d'une forme de maltraitance

Dans un Ehpad à Lens en 2013

"Ghettoïsation" dans les Ehpad, "ségrégation" qui équivaut à une "maltraitance": le Comité national d'éthique (CCNE) porte un regard sévère sur le sort des personnes âgées en France et propose des pistes pour renouer le lien entre les générations. Un rejet qui pose de véritables problèmes éthiques, notamment "en termes de respect dû aux personnes", selon son rapport.

Par ailleurs, le CCNE a entièrement raison de pointer l'âgisme, cette discrimination par l'âge qui gangrène notre société et assigne les personnes très âgées à une situation de citoyens de "seconde zone " indigne de notre pays. Les conditions de travail ont été dénoncées par le personnel lors de grèves en janvier.

Le comité consultatif national d'éthique (CCNE) rejoint dans ses analyses celles de l'AD-PA et des organisations syndicales unanimes, soutenues par les retraités et personnes âgées, les aidants et près de 90 % des Français. Il " pourrait être imposé par exemple aux immeubles nouveaux d'intégrer un ou deux étages de logement pour un Ehpad ", estime le Comité, qui réunit des médecins, des scientifiques, des juristes et des philosophes. Autre piste: "favoriser les alternatives à l'Ehpad (...) comme l'habitat intergénérationnel" ou "l'habitat intermédiaire pour personnes âgées (résidences autonomies, résidences services)".

Enfin, il suggère la création d'un cinquième risque de la sécurité sociale, pour permettre une meilleure prévention et un meilleur accompagnement des personnes dépendantes. 25 % vivent seules, 50 % n'ont plus de réseau amical actif, 41 % n'ont peu ou plus de contact avec leurs enfants. Des chiffres révélés hier par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES).

Dernières nouvelles