Donald Tusk dénonce une "attitude capricieuse"

A Sofia, les Etats membres se gardent de faire des promesses sur une adhésion européenne des pays des Balkans

Donald Tusk dénonce une "attitude capricieuse"

Les 28 se retrouvent mercredi soir à Sofia pour un "dîner de travail", à la veille d'un sommet avec les dirigeants de six pays des Balkans (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Serbie, Monténégro, Macédoine et Kosovo) qui vise à raffermir les liens avec cette région où la Russie tente d'étendre son influence.

" J'aimerais que notre débat reconfirme sans aucune ambiguïté qu'aussi longtemps que l'Iran respecte les dispositions de l'accord, l'UE le respectera aussi ", a indiqué Donald Tusk.

" Quand on regarde les dernières décisions du président Trump, on pourrait même se dire qu'avec de tels amis, on n'a pas besoin d'ennemis ", a poursuivi l'ancien Premier ministre polonais.

Depuis son élection, "le président a été très clair (.): dans l'Union telle qu'elle dysfonctionne aujourd'hui, il ne serait pas raisonnable d'envisager, à cadre constant, un quelconque élargissement", explique-t-on à l'Elysée.

Avec cette tirade qui rompt avec le formalisme habituel de ses communications sur le réseau social, le chef du Conseil européen avait déjà remporté, en milieu de journée un franc succès avec 6 000 mentions "J'aime" et 2 900 partages, bien au-delà de l'attention portée généralement à ses messages. Et ils vont "lancer leurs travaux pour protéger les entreprises européennes affectées par la décision américaine", a précisé une source européenne à l'AFP.

" Les moyens sont là, nous les utiliserons. Mais il ne faut pas se voiler la face, les moyens sont limités", a toutefois prévenu le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. La preuve avec Total.

Les 28 dirigeants européens ont aussi fait le point sur les discussions en cours avec les Américains au sujet des droits de douane sur l'acier et l'aluminium.

" Mon objectif est simple: rester fermes". Les Européens cherchent à obtenir une exemption permanente aux taxes douanières américaines sur l'acier et l'aluminium. Mais franchement, l'UE devrait être reconnaissante.

L'Union européenne est exemptée jusqu'au 31 mai à minuit des taxes douanières américaines de 25 % sur ses exportations d'acier et de 10 % sur celles d'aluminium. Pour l'exempter définitivement, Washington exige une plus grande ouverture du marché européen. "L'UE ne négociera pas avec un pistolet sur la tempe", ont-ils affirmé ensemble à Sofia. Parmi eux, l'amélioration de "l'accès réciproque aux marchés, pour les produits industriels, dont les automobiles, et l'ouverture des marchés publics".

" Malgré toutes les difficultés que nous rencontrons ces jours-ci, les relations transatlantiques sont et resteront d'une importance capitale", avait souligné la chancelière allemande Angela Merkel devant le Bundestag, avant de rejoindre Sofia.

Avec Donald Trump, la partie s'allonge, les enchères montent et les Européens ont du mal à trouver leur souffle.

Dernières nouvelles