La France jugée, Lyon dans les zones rouges — Pollution de l'air

Pollution: la France renvoyée devant la Cour de justice européenne

Pollution de l'air : la France jugée, Lyon dans les zones rouges

"On ne veut plus voir les crimes industriels et environnementaux se perpétuer avec l'inertie complice des pouvoirs publics ".

Ces pays sont sanctionnés pour des dépassements répétés sur les émissions de dioxyde d'azote, qui proviennent en particulier des pots d'échappement.

La pollution aux particules fines est responsable de près de 400 000 décès prématurés par an, dont 35 000 en France, selon l'Agence européenne de l'environnement.

Pour le NO2, les morts prématurées sont estimées à 75 000 par an en Europe, dont 14 000 au Royaume-Uni, 12 800 en Allemagne et 9 300 en France. Elle avait accordé une "dernière chance" aux neuf Etats membres considérés comme les mauvais élèves de l'UE, dont les cinq premières économies de l'Union. Le plan d'action de la France n'a pas été jugé assez crédible. Le ministre français Nicolas Hulot avait estimé que la plan d'action présenté par Paris pour les 14 zones les plus polluées de France était "à la hauteur des enjeux".

Dans un communiqué commun, le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et la ministre des Transports, Elisabeth Borne, disent prendre "acte de cette décision" et annoncent des "nouvelles mesures qui seront intégrées dans la loi d'orientation des mobilités".

Particules finesCôté allemand, le gouvernement a regretté que la Commission n'ait pas pris en compte des "efforts antérieurs", mais s'est montré offensif. Outre-Rhin, la ministre socialiste de l'Environnement a appelé en réponse à accentuer les contraintes techniques sur les constructeurs de diesel " parce qu'ils ont créé le problème ". Dans douze agglomérations françaises, dont Paris, Lyon et Marseille, elles sont, pointe la Commission, en moyenne plus de deux fois supérieurs aux plafonds autorisés.

La France risque une sanction financière: au moins 11 millions d'euros et des astreintes journalières d'au moins 240.000 euros tant que la qualité de l'air n'entre pas dans les normes imposées par Bruxelles.

La Commission a ouvert une trentaine de procédures d'infraction en matière de pollution atmosphérique, qui en sont à différents stades d'avancement.

La France et l'Allemagne reste sous la menace d'être aussi renvoyés devant la justice pour des manquements en matière de particules fines.

Dernières nouvelles