Vers la fin du poison dans nos bonbons — Dioxyde de titane

Le dioxyde de titane, nanoparticule présente dans l'alimentation, bientôt interdit en France ?

Les nanoparticules du colorant E171 bientôt interdit dans les bonbons, plats préparés et médicaments

En effet, outre sa présence dans nombre de produits alimentaires, l'E171 est aussi souvent ajouté dans les produits cosmétiques, et même les médicaments.

Dans une de leur étude, l'association Agir pour l'Environnement avait d'ailleurs révélé sa présence dans plus de 150 produits alimentaires de consommation courante allant des bonbons aux biscuits, de la blanquette de veau en boite aux épices. A la suite de cela, certaines marques ont décidé de le bannir de leurs recettes, comme Lutti (Arlequins et Malabars), Verquin (Têtes Brûlées) et Carambar & Cie. Le gouvernement veut les bannir d'ici à la fin de l'année.

Les associations des consommateurs ont dénoncé l'utilisation du dioxyde de titane (TiO2) connu sous le nom d'additif E171. L'UFC Que Choisir évoquait l'an dernier sa présence dans 4.000 médicaments (Doliprane, Dafalgan, Spasfon.) et demandait déjà, à l'époque, une évaluation des risques représentés par la présence de cet additif, la question étant de savoir s'il est ou non utilisé sous forme de nanoparticules. Mais le chemin vers la suppression totale de son utilisation dans les produits alimentaires est encore long.

Dans l'industrie pharmaceutique, le E171 a "pour seules utilité de colorer ou d'opacifier le pelliculage des comprimés et gélules", plaide Agir pour l'environnement. Si le TiO2 était classé comme " cancérigène possible pour l'homme " dès 2006, l'étude de l'Inra a démontré plus tard que l'exposition chronique au E171 favorisait la croissance de lésions pré-cancéreuses chez les rats.

Difficile pour l'instant de conclure que les risques pour l'homme sont les mêmes mais d'autres études sont en cours et les suspiscions augmentent autour des nanoparticules de ce colorant.Au mois de septembre 2017, le gouvernement a demandé à l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation) de "finaliser à court terme les travaux" sur le dioxyde de titane. Pressant ainsi les géants de l'agroalimentaire comme Intermarché ou Auchan à retirer de leurs rayons tous les produits contenant des nanoparticules de dioxyde de titane. Unsplash: Sylvanus UrbanNano ou pas nano? Les nanoparticules de dioxyde de titane (E171), utilisées comme colorant dans de nombreux produits, pourraient être "suspendues avant la fin de l'année", annonce la secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Brune Poirson au Parisien ce vendredi 18 mai. Du moins, dans l'Hexagone qui a également saisi la Commission européenne afin de réclamer des mesures plus importantes à ce sujet.

Dernières nouvelles