Le discours cinglant (et hilarant) de Blanche Gardin aux Molières 2018

Blanche Gardin lors des Molières le 28 mai 2018. Instagram Newsinfo

Blanche Gardin lors des Molières le 28 mai 2018. Instagram Newsinfo

La 30e cérémonie des Molières aura été marquée par l'humoriste Blanche Gardin.

Nommée aux côtés de Fabrice Éboué, Jamel Debbouze, Manu Payet et Jérôme Commandeur, Blanche Gardin s'est remise à elle-même la fameuse statuette. Son discours d'introduction a provoqué l'hilarité de la salle entière: "L'année dernière à la même période, je suis venue remettre un Molière, et j'ai parlé de ces metteurs en scène qui touchent un peu les actrices". "Je sens que j'ai une influence qui grandit de plus en plus maintenant, donc je voudrais faire attention ".

Sans transition, l'humoriste cite Pierre Desproges, décédé en 1988.

Et de provoquer la stupeur (et le rire aussi) du public en lâchant: "alors on m'a dit que des juifs s'étaient glissés dans la salle".

Cette fois-ci, c'est à l'affaire Weinstein et au " règne de la bienséance " qu'elle s'est attaquée: " L'humour a-t-il basculé dans la bienséance?

"Vive l'humour" clôturera sa tribune devant les applaudissements de la salle. "Si on regarde la liste des nommés pour ce Molière de l'humour, on serait tenté de dire 'oui'", a-t-elle relevé. "La preuve que si, je viens de le faire, donc on arrête avec ça maintenant".

Et de conclure au moment des traditionnels remerciements pour son Molière "de la discrimination positive et de l'humour" selon ses propres termes: "Je le savais, c'était sûr". On a un noir, un arabe, un réunionnais, une femme. Alors ils ont glissé quand même un normal, un mâle blanc de 40 ans. "Autant te dire que tu vas rester assis ce soir Jérome (Commandeur, NDLR) ... à moins que tu sois pédé". "C'est l'histoire de ma vie, le jour où je reçois un prix, il n'a aucune valeur". En 2018, déplore-t-elle, "c'est devenu un lieu commun de se lamenter "oui, Desproges ne pourrait plus dire aujourd'hui ce qu'il disait". C'est aussi pour ça que je voulais le remettre, je voulais pas déranger toute une rangée en me retenant de pleurer comme ça (...) Attendez, je suis la seule femme nommée, l'année de l'affaire Weinstein.

Dernières nouvelles