Les médicaments anti-Alzheimer seront déremboursés au 1er août

Agnès Buzyn confirme que les médicaments contre Alzheimer ne seront plus remboursés

LUDOVIC MARIN AFP

Les médicaments anti-Alzheimer, jugés insuffisamment efficaces et potentiellement risqués, ne seront plus remboursés par l'Assurance maladie à compter du 1er août. En 2007, la Haute Autorité de santé (HAS) avait jugé " important " leur service médical rendu (SMR). On y pointait des effets indésirables "potentiellement graves", ainsi qu'un "intérêt médical insuffisant ". Il semblerait, au regard de cette décision, que dans la balance économique, la qualité de vie des personnes malades et de leurs proches ne pèse pas très lourd.

Mais main sur le cœur encore, notre gouvernement nous promet encore que l'argent que ne versera plus la Sécurité Sociale sera consacrée aux personnels soignants, pour "un transfert vers des compétences humaines". Toutefois, Agnès Buzyn a assuré, ce mercredi 30 mai que ce déremboursement n'était en aucun cas motivé par des raisons budgétaires et que la somme ainsi économisée serait "dédiée aux équipes qui prennent en charge les malades et pour les centres mémoire", faisant ainsi mention de "transfert vers des compétences humaines". En effet, parce qu'ils sont conditionnés à la prise de médicaments, les essais cliniques seront en conséquence limités, avec pour résultat, une impossibilité pour une grande majorité de patients d'accéder aux thérapies innovantes. A cela s'ajoute un danger élevé d'interactions médicamenteuses, dans la mesure où les malades âgés sont souvent polymédiqués. "Les experts de la HAS sont indépendants, et ils considèrent que ces médicaments sont toxiques. Au-delà de la question de l'efficacité, la prescription des médicaments participait, en effet, grandement à maintenir un lien thérapeutique entre le médecin et le patient ". Or, pour les professionnels de santé, de telles dépenses restent justifiées, car contrairement à ce qu'annonce la HAS, les traitements auraient une utilité bien réelle: " Les médicaments symptomatiques qui pourraient ne plus être remboursés demain ont prouvé leur efficacité sur la cognition dans la maladie d'Alzheimer, la maladie à corps de Lewy et la démence de la maladie de Parkinson", affirment dans un communiqué cinq sociétés savantes et organisations professionnelles*.

Selon l'association France-Alzheimer, la France est le seul pays européen qui ne rembourse plus les médicaments destinés aux malades d'Alzheimer. Sur le long terme, la prise en charge médicamenteuse pourrait donc s'avérer encore plus onéreuse.

Dernières nouvelles