Ecosse : un docteur suspendu après avoir causé la décapitation d'un bébé

L'histoire, terrifiante, s'est déroulée à Dundee (Écosse) en mars 2014. Une femme âgée de 30 ans a dû accoucher en urgence, à l'hôpital Ninewells.

Mais la situation semblait compliquée puisque le fœtus avait les pieds vers le bas, un prolapsus du cordon ombilical, un rythme cardiaque lent et que le col de l'utérus n'était pas assez dilaté. La spécialiste en charge de l'accouchement a pourtant décidé de procéder par voie naturelle.

"Cette erreur de jugement du médecin et une succession d'éléments ont mené à la décapitation du bébé", ont fait savoir les juges.

La mère a décrit une équipe médicale indifférente pendant l'accouchement.

Pour le collège de professionnels de santé, " la solution à envisager était une césarienne, compte tenu des risques ". Pendant que la médecin encourageait sa patiente à pousser, elle a en effet continué à tirer sur les jambes du bébé. Je leur ai dit: 'Je ne sens pas le bébé.

Une césarienne pratiquée par deux autres médecins a ensuite permis de sortir du ventre la tête du bébé.

"Je suis bouleversée par la tournure qu'ont pris les événements et tellement désolée que tout ne se soit pas passé comme je le voulais", a affirmé l'obstétricienne au tribunal, tout en estimant que le bébé serait mort si elle avait opéré une césarienne. "J'ai essayé de me lever à trois reprises de mon lit mais ils m'y ont remise, en me disant que le bébé devait sortir", raconte-t-elle.

La mère de famille a expliqué pendant le procès que le personnel médical avait été indifférent à ses souffrances.

Le tribunal a cependant considéré qu'il s'agissait d'un incident isolé, survenu à la fin d'un cycle de 24 heures de travail pour la spécialiste, et que le bébé était mort avant sa décapitation.

Un tribunal médical écossais s'est réuni jeudi dernier pour juger l'affaire.

Dernières nouvelles