En chirurgie, l’augmentation des infections nosocomiales

Hôpitaux un patient sur vingt touché par une infection nosocomiale

Un patient sur vingt est touché par au moins une infection nosocomiale selon une enquête nationale réalisée en 2017

En France, un patient sur vingt a contracté une infection au cours d'un séjour dans un établissement de santé (hôpital, EHPAD...), selon la dernière enquête de Santé Publique France. L'enquête, réalisée tous les cinq ans, a été menée en 2017 auprès de 403 établissements de santé et porte sur 81.000 personnes. Une population 2,5 fois plus à risque de développer des infections. Ainsi, les services de réanimation qui reçoivent des patients plus vulnérables et exposés à de multiples dispositifs invasifs sont particulièrement à risque. Cette photographie des infections nosocomiales en France montre également que les infections dues aux staphylocoques dorés résistants à l'antibiotique méticilline continuent à diminuer. Les infections pulmonaires et celles survenant après chirurgie, au niveau de la zone opérée, sont ensuite les plus fréquentes.

Le " pilotage " des missions de prévention et de surveillance a été confié à Santé Publique France pour améliorer la lutte contre les infections nosocomiales qui seraient la cause directe de 4000 décès chaque année en France.

Cette tendance à l'augmentation est cohérente avec les données Raisin 2016 d'incidence des infections du site opératoire, pour certaines interventions en chirurgie orthopédique (prothèses du genou) et en chirurgie des varices des membres inférieurs. Le docteur Bruno Coignard, responsable de la direction des maladies infectieuses de l'agence sanitaire Santé publique France, a confirmé le résultat de cette enquête lundi.

Les quatre micro-organismes le plus fréquemment identifiés sont Escherichia coli (23,59 % vs 26 % en 2012), Staphylococcus aureus (13,83 vs 15,9 en 2012), Enterococcus faecalis (6,5 % vs 4,6 % en 2012) et Pseudomonas aeruginosa (6,28 % vs 8,4 % en 2012), qui représentent, à eux seuls, plus de la moitié des micro-organismes isolés dans le cas d'IN. "Peut-être avons-nous atteint un plancher concernant les infections nosocomiales".

Dernières nouvelles