Woody Allen affirme qu'il pourrait être une tête d'affiche du mouvement #MeToo

La déclaration choc de Penélope Cruz à propos de l'affaire impliquant Woody Allen dans un scandale sexuel

Woody Allen se serait bien vu en égérie de #Metoo

Le réalisateur de 82 ans est régulièrement pris à partie lors d'événements publics par des militants, qui l'accusent d'avoir, en 1992, sexuellement abusé Dylan Farrow, sa fille adoptive âgée de seulement sept ans à l'époque des faits. J'ai été traîné dans la boue avec ces gens-là, se défend Woody Allen à la chaîne de télévision argentine Canal 1 3. En se targuant de pouvoir être la tête d'affiche du mouvement #Metoo, Woody Allen a joué les provocateurs. "Je devrais être une tête d'affiche du mouvement #Metoo, dit-il". Parce que j'ai travaillé dans le cinéma pendant cinquante ans. Pas sûr que cette sortie soit très appréciée par ceux et celles qui accablent le réalisateur depuis de nombreuses années.

Les propos de Woody Allen au moment de la chute de Harvey Weinstein n'ont pas plaidé en faveur du réalisateur de Café Society qui s'était déclaré, mi-octobre, "triste" pour le magnat de Hollywood.

Il souligne aussi dans l'entretien que sur ses tournages, les femmes qui travaillaient derrière les caméras étaient payées autant que les hommes. Marion Cotillard, Colin Firth, Greta Gerwig ou encore Michael Caine se sont désolidarisés du cinéaste en affirmant ne plus vouloir travailler avec lui. Et plusieurs interprètes de son prochain film A Rainy Day in New York , dont le franco-américain Timothée Chalamet et Rebecca Hall, se sont engagés publiquement à reverser le montant de leur cachet à Time's up, association de soutien aux victimes de harcèlement. "Il fonctionne toujours pour Woody Allen", déplorait encore Dylan Farrow dans les colonnes du Los Angeles Times en décembre dernier. Pour rappel, le frère de cette dernière, Ronan Farrow, est le journaliste d'investigation qui a enquêté, pour le compte du New Yorker, sur les agissements du producteur déchu.

Dernières nouvelles