Mars : Curiosity découvre d'autres composés organiques et du méthane

La curiosité de la NASA Mars Rover prend un selfie sur Vera Rubin Ridge en février.
Crédits NASA  JPL-Caltech  MSSS

La curiosité de la NASA Mars Rover prend un selfie sur Vera Rubin Ridge en février. Crédits NASA JPL-Caltech MSSS

La NASA a qualifié la découverte de matière organique la plus complexe jamais trouvée à la surface de Mars, ce qui serait une avancée dans le cadre de la recherche de vie sur la planète rouge, comme l'explique l'étude parue dans la revue Science le 7 juin 2018. Une preuve des variations saisonnièresCuriosity, véritable laboratoire ambulant, équipé d'instruments développés et exploités en coopération avec le Centre national des études spatiales (CNES) de Toulouse, a également découvert des preuves de variations saisonnières dans les émanations de méthane, indiquant que la source de ce gaz - qui est souvent le signe d'activités biologiques - vient de la planète elle-même.

Par ailleurs, il faut savoir que les échantillons de matière organique ont été retrouvés à la base du mont Sharp (cratère de Gale), prélevés dans des roches datant de 3,5 milliards d'années. Le méthane pourrait être stocké dans des plaques de glace sous la surface. Cependant, il serait selon eux possible de trouver quelque chose de beaucoup mieux préservé, c'est-à-dire renfermant une signature de vie.

Le rover Curiosity a atterri sur la planète rouge l'été 2012 dans le cratère Gale. Methane swells each summer and ancient carbon-compounds locked in rocks. I haven't found life on Mars, but signs say...we're on the right track. Des scientifiques de la Nasa viennent de présenter une découverte qu'ils ont faite grâce au rover: et cela risque bien de relancer l'éternel débat d'une potentielle vie sur Mars.

Curiosity avait déjà découvert des molécules organiques sur Mars, mais avec un ensemble d'éléments moins important.

Les échantillons de matière organique peuvent venir d'une météorite ou de formations géologiques équivalentes au charbon ou au schiste noir que l'on trouve sur Terre, ou encore d'une forme de vie, a souligné Mme Eigenbrode. Ces découvertes tendent à soutenir la thèse que la vie a potentiellement existé sur Mars, estime Inge Loes ten Kate, de l'université de Tübingen en Allemagne. Cela représente l'équivalent de six années sur Terre.

Dernières nouvelles