Fin du G7: Donald Trump tente l'apaisement

G7: Macron et Merkel évoquent une position commune sur le commerce

Fin du G7: Donald Trump tente l'apaisement

Elle a ajouté qu'une position commune du G7 sur le commerce ne signifierait pas qu'il n'y a pas de divergences entre l'Europe et les États-Unis. "D'un tweet rageur, Donald Trump s'est désolidarisé à la surprise générale samedi soir du communiqué final négocié de haute lutte au sommet du G7 au Canada, qualifiant l'hôte Justin Trudeau de " très malhonnête et faible " pour avoir jugé les tarifs américains " insultants ".

"Basé sur les fausses déclarations de Justin lors de sa conférence de presse, et le fait que le Canada impose des tarifs massifs à nos agriculteurs, travailleurs et entreprises américaines, j'ai donné l'ordre à nos représentants américains de ne pas approuver le communiqué, alors que nous allons regarder aussi à des tarifs sur les automobiles qui inondent le marché américain!", a-t-il écrit sur Twitter.

Evoquant son sommet mardi prochain avec Kim Jong-un, Trump a dit que le dirigeant nord-coréen pouvait réaliser de grandes choses pour son pays, mais qu'il n'aurait pas d'autre occasion. Le premier ministre n'a rien dit qu'il n'avait pas déjà dit auparavant, autant publiquement qu'en conversations privées avec le Président.

"Nous avons eu des débats extrêmement productifs sur la nécessité d'avoir des échanges commerciaux justes", a-t-il dit, en invitant ses partenaires du G7 à réfléchir à la création d'une zone de libre-échange, lui qui vient d'imposer des taxes sur l'acier et l'aluminium importés.

Le G7, la réunion de sept grandes puissances économiques (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Russie, Royaume-Uni, Italie, Canada) qui a lieu chaque année, débute ce vendredi au Canada dans un climat de tension jamais vu depuis longtemps.

"Ce texte pourfend le " protectionnisme", et s'engage à " moderniser " l'Organisation mondiale du commerce.

Le président américain a menacé jusqu'à la toute dernière minute de ne pas assister au rassemblement, et il a finalement été présent pendant moins de 24 heures.

Que pesaient de toute façon ces quelques lignes difficilement négociées face à un Donald Trump prêt à toutes les confrontations pour réduire le déficit des échanges américains? Quitte à déclencher une guerre commerciale ouverte, comme le montre sa menace réitérée de taxer les importations de voiture.

" Nous sommes la tirelire que le monde entier pille".

En amont de ce sommet, Donald Trump a aussi mis en place des taxes douanières visant l'Union européenne, le Canada et le Mexique.

Le président français Emmanuel Macron a lui prévenu qu'il n'y avait " pas de changement " en ce qui concerne les contre-mesures européennes annoncées sur le bourbon ou les motos américaines. "Nos tarifs sont une réponse à ses tarifs de 270% sur le lait!"

Le retrait des Etats-Unis des accords de Paris sur le climat et sur le nucléaire iranien constitue d'autres sujets de discorde considérables et amplifie les tensions. "Le G7 appelait aussi la Russie à " cesser de saper les systèmes démocratiques " et à abandonner " son soutien au régime syrien ". Ils sont venus demander aux dirigeants du G7 de mettre plus de pression sur la Russie pour exiger la libération de prisonniers politiques, bien que cet État ait été exclu du Groupe des sept en raison de l'annexion de la Crimée à la Fédération de Russie en 2014.

Dernières nouvelles