Bataclan : des familles portent plainte sur Orange Actualités

Reuters

Reuters

Deux ans et demi après les attentats de novembre 2015, des familles de victimes sont en colère. "Saisi d'effroi et de colère" en lisant le rapport de la commission parlementaire, Sébastien Gomet, l'un des plaignants et frère d'une des victimes estime qu'"il n'y aurait pas eu ce lourd bilan de 90 morts au Bataclan si les soldats Sentinelle avaient pu intervenir". Equipés de fusil Famas, les militaires de l'opération Sentinelle, qui ne sont pas intervenus sur ordre de leur hiérarchie, n'ont pas non plus souhaité prêter leurs armes aux policiers de la BAC du Val-de-Marne arrivés les premiers sur place et qui faisaient face à l'intérieur de la salle de concert aux terroristes armés, eux, de kalachnikovs. Des policiers de la Bac interviennent onze minutes plus tard. "Clairement, un ordre a été donné aux soldats "Sentinelle" de ne pas engager le feu alors qu'ils avaient en ligne de mire des terroristes", explique-t-il au Parisien.

Ils ont également, toujours en application du règlement, refusé de donner leur arme aux policiers pour riposter aux tirs des djihadistes. Il a expliqué avoir reçu pour réponse de la Préfecture de police de Paris: Négatif, vous n'engagez pas les militaires, on n'est pas en zone de guerre. 90 personnes ont perdu la vie. "Sa réponse a été aussi froide et violente qu'inacceptable ", déplorent-ils dans leur communiqué". Il déplore que le gouverneur militaire de Paris, le général Bruno Le Ray, auditionné à cette occasion, "a répondu qu'il était impensable de mettre des soldats en danger dans l'espoir hypothétique de sauver d'autres personnes". "Pour l'association de victimes Life for Paris, qui n'a pas pris part " pour l'instant " à la plainte, la question de la non-intervention des militaires est " tout à fait légitime ", a déclaré à l'AFP son président Arthur Desnouveaux. Une nouvelle réunion entre les juges d'instruction en charge de l'enquête du 13-Novembre et les centaines de parties civiles est prévue le 12 juillet à Paris.

Dernières nouvelles