Kim "a supplié" pour qu'un sommet ait lieu

Sommet Kim-Trump Rodman assure qu’il se rendra à Singapour

AFP Getty Images

Kim Chang-son, le secrétaire général du dirigeant nord-coréen, a été vu à l'hôtel St. Regis Singapour dans la nuit de jeudi à vendredi. Il estime que cet objectif pourra être atteint, même s'il reconnaît qu'il faudra sans doute plusieurs rencontres avant la signature d'un accord.

"Comme toujours, c'est l'optimisme qui l'emporte chez le président américain". Qui aurait pu croire à une rencontre Corée du Nord/États-Unis en compagnie de Donald Trump, Dennis Rodman et Kim Jong-un?

A Lucha Loco, un restaurant mexicain, les clients peuvent opter pour "El Trumpo", un taco au steack haché et aux cornichons, ou opter pour "l'Homme-fusée", tel que le président américain avait surnommé Kim Jong Un, un taco avec du poulet frit à la coréenne.

C'est donc lui qui, en partie au moins, détient la clé de l'enjeu crucial du sommet: la Corée du Nord est-elle vraiment prête à abandonner ses armes nucléaires, de manière "complète, vérifiable et irréversible"?

"Il m'a dit personnellement qu'il était prêt à dénucléariser", a expliqué le diplomate en chef.

Interrogé sur la possibilité de quitter la table des négociations si ces dernière s'avéraient stériles, M. Trump n'a pas exclu l'hypothèse tout en se montrant une nouvelle fois particulièrement optimiste. Le premier, ministre japonais tente en effet de faire entendre sa voix dans les intenses tractations diplomatiques en cours autour de la péninsule coréenne. Reste une question: quelles concessions Kim Jung Un est-il prêt à faire?

"Je l'aime bien, c'est un bon mec, mais il n'a pas été invité", a confirmé Donald Trump dans la foulée.

Sa présence à Singapour aux côtés du milliardaire républicain, que la presse américaine et l'opposition démocrate disent peu préparé sur le fond du dossier, rassure en tout cas la classe politique.

De fait, c'est le jour et la nuit entre Mike Pompeo, qui affiche ostensiblement son entente avec Donald Trump, et Rex Tillerson, dont les désaccords avec le président étaient notoires.

Dernières nouvelles