Canada: Le G7 veut réformer l'OMC - Monde

Fannie Olivier

Benoit Roussel

"En attendant, ce sommet n'a fait que des perdants et Donald Trump a encore une fois semé la consternation, alors que son " art du deal " s'apparente de plus en plus à ce qu'il semblait être, c'est-à-dire " l'art du bourre-pif " (ou du " nez qui saigne", sa tactique officielle vis-à-vis de la Corée du Nord pour amener " Rocket-man " à la raison et finalement à la table des négociations ce 12 juin à Singapour).

QUÉBEC | Justin Trudeau a refusé de commenter l'humiliation diplomatique que lui a servie le président américain Donald Trump, à son arrivée au Château Frontenac de Québec, dimanche matin, où il rencontre six leaders étrangers en marge du G7.

Sur l'Iran, autre grande ligne de fracture depuis que les Etats-Unis ont claqué la porte de l'accord nucléaire iranien, les pays du G7 ont convenu de s'engager pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire, peut-on lire dans le communiqué final. Le président américain a expliqué qu'il devait se projeter dans la préparation de son sommet sans précédent avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un mardi à Singapour.

Les dirigeants du G7 avaient quitté La Malbaie lorsque Donald Trump a décidé de déchirer l'accord final du sommet. Nous avons passé deux jours à avoir un texte et des engagements. "Soyons sérieux et dignes de nos peuples", a indiqué l'Elysée.

"La France et l'Europe maintiennent leur soutien au communiqué final du G7, tout comme, nous l'espérons, l'ensemble des membres signataires". "Vous pouvez détruire très rapidement une quantité incroyable de confiance dans un tweet".

Le président américain avait accepté la déclaration commune des leaders du G7 sur le commerce, mais il s'en est retiré un peu plus tard, dans l'avion.

"On a perdu un an à s'acharner à plaire à Trump, à tenter de le réorienter vers des choses plus positives alors qu'on aurait pu utiliser ce temps pour marquer l'unité et la résolution de l'Europe et le refus de cette dérive", ajoute-t-il.

Le but de ce sommet du G7 était, entre autres, de trouver justement un compromis sur cette question de taxes, qui a jeté un froid sur les relations entre Washington et le Vieux Continent.

Trudeau "n'a rien dit qu'il n'ait pas déjà déclaré auparavant - que ce soit en public ou lors de discussions privées avec le président (Trump)", a réagi le gouvernement canadien dans un communiqué en réponse au tweet de Donald Trump. C'est le Nouveau-Brunswick la plus dépendante, avec 90 % de ses exportations. "La " coopération " est plus que jamais nécessaire alors que " l'unilatéralisme, le protectionnisme et les réactions opposées à la mondialisation prennent de nouvelles formes", a pour sa part estimé le numéro un chinois.

" Nous devons rejeter la mentalité de guerre froide et de confrontation entre les blocs, et nous opposer à la recherche effrénée de sécurité pour soi-même aux dépens des autres, afin d'obtenir la sécurité pour tous", a affirmé Xi Jinping, sans jamais citer nommément les États-Unis.

"Nous rejetons les politiques égoïstes, à courte vue, étroites, nous soutenons les règles de l'Organisation mondiale du commerce, nous soutenons un système commercial multilatéral et la construction d'une économie mondiale ouverte", a-t-il dit.

Mme May a déclaré à la Chambre des communes que les autres pays du G7 "avaient exprimé leur profonde déception face à la décision injustifiée des États-Unis d'appliquer des droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium", et qu'ils avaient appelé au dialogue afin d'éviter l'escalade. Le président russe Vladimir Poutine a ironisé sur le "babillage inventif" du club des 7 dont sa nation a été exclue en 2014.

Dernières nouvelles