Yvette Horner, la reine de la musette est morte

La légende de l'accordéon Yvette Horner est morte à l'âge de 95 ans

L'accordéoniste Yvette Horner est morte à l'âge de 95 ans

C'est tout un monde qui s'en est allé avec la mort d'Yvette Horner.

La célèbre accordéoniste et reine des bals populaires Yvette Horner est décédée lundi 12 juin 2018 à l'âge de 95 ans à Courbevoie, a annoncé son agent à l'AFP.

Yvette Horner avait débuté sa carrière en 1947, et l'avait étiré jusqu'en 2011, date de son dernier concert.

Yvette Horner, son accordéon et son roux flamboyant, nous ont quittés. Sa virtuosité a été reconnue par toutes les générations, et par les artistes de renom qu' elle a toujours inspirés.

En toute logique, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen a été l'une des premières à rendre hommage à Yvette Horner. Durant sa carrière, l'accordéoniste a donné plus de 2 000 concerts. Elle est devenue populaire grâce au Tour: "Le Tour de France a changé ma vie".

"L'accordéon, c'est ma religion", disait Yvette Horner, qui refusait d'être enfermée dans un seul répertoire. J'ai enregistré avec Charlie McCoy, avec l'orchestre à cordes de l'Opéra. J'ai fait aussi des récitals de piano, expliquait-elle, selon le site sudinfo.be. J'ai le même frisson avec certaines mélodies de rock stars qu'avec la quatrième symphonie de Beethoven. "Je suis éclectique." C'est peu dire pour qui a joué à l'accordéon du Bowie ou du Michael Jackson, a accompagné Jimmy Sommerville pour la Nuit Europride (1997) ou encore s'est essayée au rap! Au total, elle a vendu plus de 30 millions d'exemplaires.

En 2011, la reine de l'accordéon avait sorti un dernier disque Yvette hors norme pour lequel le styliste Jean-Paul Gaultier, dont elle a été une égérie, avait conçu la pochette et qui avait créé les derniers costumes de scène.

Plusieurs personnalités lui ont déjà rendu hommage sur Twitter, à l'image de Julien Doré, Michel Denisot, Samuel Etienne ou encore Bernard Montiel.

L'accordéoniste bigourdane avait été décorée trois fois des insignes de la légion d'honneur par trois président de la République différents. Puis sous Jacques Chirac, elle est élevée au rang d'officier et sous Nicolas Sarkozy, de commandeur.

Dernières nouvelles