Louboutin garde l'exclusivité de ses semelles rouges | Clément ZAMPA | Mode — UE

Les semelles rouges, c'est du Louboutin et rien d'autre considère la justice européenne

La justice européenne reconnaît l'exclusivité des semelles rouges de Louboutin

En première instance, la justice avait donné raison à la société néerlandaise car si leurs chaussures avaient certes des semelles rouges, elles n'avaient pas du tout la même forme. "Une couleur peut être déposée comme une marque ", ont considéré les juges européens dans un arrêt publié ce mardi appelé à s'imposer aux Pays-BasChristian Louboutin a attaqué une société pour contrefaçon.

La CJUE était saisie par le tribunal de La Haye pour l'aider à statuer sur une affaire opposant une société néerlandaise, Van Haren, qui a commencé à commercialiser en 2012 des escarpins à semelle rouge, et que Christian Louboutin attaquait pour contrefaçon. Les juges considèrent que " la marque ne porte pas sur une forme spécifique de semelle de chaussures à talons hauts, la description de cette marque indiquant expressément que le contour de la chaussure ne fait pas partie de la marque, mais sert uniquement à mettre en évidence l'emplacement de la couleur rouge visée par l'enregistrement ". "C'est une pleine victoire et une très grande satisfaction ", ont déclaré à l'AFP les représentants de du chausseur français. Pour l'avocate générale, Maciej Szpunar, la réponse était oui et elle s'était prononcée, en février, en faveur de la société néerlandaise Van Haren. Ces dernières ont été jugées comme étant des contrefaçons par Louboutin qui a poursuivi Van Haren en justice.

On pourra désormais identifier une paire d'escarpins Louboutin de loin car son créateur a réussi à obtenir que la couleur rouge n°1816633TP du nuancier Pantone peinte sur la semelle devienne un attribut de sa marque déposée.

C'est d'ailleurs à l'occasion de ce litige que la maison française avait renforcé ses critères pour mieux définir - et protéger - sa marque, en la déposant de nouveau.

Dernières nouvelles