Macron prié de faire "plus de social" par "ses" économistes

Macron

Trois cerveaux du programme de Macron le mettent en garde contre sa politique trop à droite

Après les critiques qui portaient sur la politique en matière d'immigration, venues notamment de Terra Nova, celles sur la politique environnementale, ou celles encore considérant que "Jupiter " en faisait quand même beaucoup dans la recherche de verticalité, sans compter les désarrois de militants laïques peu sensibles au discours des Bernardins comme à l'organisation d'un Islam de France, voici la critique de la politique sociale du gouvernement, portée par les trois économistes que vous citez, qui ont tous trois contribué à la préparation du programme économique du candidat Macron.

Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry, trois économistes qui avaient participé à l'élaboration du programme d'Emmanuel Macron, s'inquiètent. Trois économistes proches d'Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle lui ont adressé une note confidentielle le 4 juin dernier, dans l'espoir de le faire infléchir sur certaines mesures et lui faire corriger son image de "président des riches ".

Ils redoutent "l'image d'un pouvoir indifférent à la question sociale ".

Jusqu'ici, le malaise restait circonscrit à quelques élus de la majorité.

Ces derniers estiment que "des mesures importantes ont été mises en oeuvre" depuis le début du quinquennat, comme le dédoublement des classes de CP dans les quartiers défavorisés ou la réforme de l'apprentissage et de la formation professionnelle, mais d'autres mesures ne sont pas à la hauteur des ambitions initiales, comme la réforme de l'assurance-chômage, pointent ces économistes.

"L'ambition émancipatrice (...) du programme présidentiel échappe à un nombre grandissant de concitoyens, y compris parmi les plus fervents supporteurs de 2017", écrivent les trois hommes. "Les ministres politiques sont étiquetés à droite et [.] le message social peine à trouver une voix forte à l'intérieur du gouvernement ", ajoutent Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry.

Ils encouragent aussi le président à taxer plus lourdement les "très grosses successions", car "les enfants des innovateurs sont souvent des rentiers".

Plusieurs propositions figurent dans cette note, comme l'augmentation de la prime d'activité, l'introduction d'un bonus-malus sur les contrats courts, ou un maintien de la taxe d'habitation pour les Français les plus fortunés. Et pour "faciliter l'acceptation " de la suppression de ces niches fiscales, "l'administration fiscale pourrait publier le revenu imposable médian [.] des bénéficiaires de ces aides ainsi que le montant des réductions d'impôts dont ils bénéficient", suggère encore la note révélée par le journal du soir. Cette note "ne présage en rien la politique du gouvernement", assure au Monde un conseiller du Président.

Dernières nouvelles