Détournement de fonds: la Fondation Trump poursuivie | États-Unis

Le président américain Donald Trump à Washington le 8 juin 2018

Le président américain Donald Trump à Washington le 8 juin 2018

La procureure générale de l'État de New York poursuit la Fondation Trump, que le président Donald Trump aurait utilisée illégalement pour rembourser ses créanciers, décorer un de ses clubs de golf et organiser des concours en marge de sa campagne en 2016.

Elle touche néanmoins directement à la gestion des affaires du président et à la société new-yorkaise qui chapeaute ses avoirs, la Trump Organization, installée dans la Trump Tower, sur la 5e Avenue de Manhattan. Alors que les fondations de ce genre sont censées se consacrer aux activités non lucratives, la procureure de l'État de New York affirme que la fondation Trump a été plusieurs fois mise à profit à des fins politiques ou pour régler des litiges impliquant diverses entreprises de l'empire de Donald Trump - ou encore pour l'achat d'un portrait de 10 000 dollars à l'effigie de Trump.

L'assignation affirme notamment que la fondation, créée en 1987 mais à laquelle Trump ne donnait plus lui-même d'argent depuis 2008, n'avait pas d'employé propre.

Son conseil d'administration, où siegeaient ses trois enfants, n'existait que sur le papier, et ses dépenses étaient directement réglées par la Trump Organization, non pas en fonction de leur objectif charitable, mais uniquement en fonction du statut fiscal du destinataire du chèque.

Dans l'assignation enregistrée devant la Cour suprême de l'Etat de New York, Donald Trump est accusé d'avoir utilisé l'argent de la fondation pour payer de nombreux frais personnels et promouvoir ses hôtels et autres entreprises. En deux tweets, il a accusé les "démocrates véreux" qui dirigent l'Etat de New York de "tout faire pour l'attaquer en justice".

L'État de New York demande la dissolution de la fondation et la restitution de 2,8 millions de dollars.

La procédure "vise à dissoudre la fondation et à interdire au président et à trois de ses enfants d'occuper des fonctions dans des organisations à but non lucratif", précise le quotidien.

Immédiatement Donald Trump a dénoncé des accusations "ridicules" sur Twitter.

Il a mis en cause les motivations de la procureure, nommée il y a un mois, à poursuivre cette affaire, soulignant que même son prédécesseur pro-Hillary Clinton, Eric Schneiderman, "n'avait jamais eu le courage de poursuivre cette affaire ridicule". La procureure a entamé une action judiciaire pour obtenir la dissolution de la fondation. Il a également assuré qu'il ne réglerait pas cette affaire à l'amiable, comme il l'a fait dans le passé pour d'autres assignations contre lui au civil.

Dernières nouvelles