Agression au cutter à La Seyne-sur-Mer (Var)

Une femme atteinte de « troubles psychiatriques » blesse deux personnes au cutter en criant « Allahou akbar »

Seyne-sur-Mer. Une femme blesse deux personnes au cutter en criant « Allah akbar »

Ce dimanche, deux personnes ont été blessées dans un supermarché Leclerc de La Seyne-sur-mer (Var) par une femme qui les a attaqués au cutter en criant "Allahou akbar", rapporte Bernard Marchal, procureur de la République de Toulon, confirmant une information de Nice-Matin.

En milieu d'après-midi, le parquet de Toulon restait saisi et évoquait une "présomption de tentative d'assassinat, et d'apologie du crime à connotation terroriste".

"C'est apparement le fait isolé d'une personne avec des troubles psychiatriques avérés", a expliqué Bernard Marchal, ajoutant que cela "n'exclut pas qu'elle soit radicalisée".

Les enquêteurs de la police judiciaire de Toulon n'ont, pour l'instant, pas détecter de signes de radicalisation chez elle qui l'auraient poussé à commettre ce geste. Selon les témoins, cette jeune femme, habillée en noir et portant un voile, a crié "Allah akbar" avant d'être maîtrisée par des personnes sur place. "Elle est handicapée adulte, mais handicapée physique", a-t-on souligné de même source.

Le PDG du groupe Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, a salué "le courage" de la caissière qui s'est interposée entre la cliente violente et sa victime, et a annoncé la mise en place d'une "cellule de soutien psychologique" dès lundi matin "pour accueillir les salariés du magasin".

Le jeune homme et deux employés de Leclerc ont maîtrisé la jeune femme: "je suis intervenu, je voulais pas que ça continue (.) je lui ai tenu les poignets pour récupérer ce fameux cutter", a-t-il témoigné. L'auteure de l'agression, qui n'est pas connue de la police, a été placée en garde à vue, une perquisition était en cours en début d'après-midi à son domicile.

Elle a été reconnue responsable de ses actes par un expert psychiatrique.

La France subit depuis 2015 une vague d'attentats djihadistes qui a fait 246 tués, dont le dernier a succombé à une attaque au couteau en plein centre-ville de Paris le 12 mai. Elle permettra d'évaluer si la femme avait des liens avec l'Etat islamique.

Dernières nouvelles