L'ex-PDG renonce à une partie de sa rémunération pharaonique — Carrefour

CARREFOUR LA RÉMUNÉRATION DES DIRIGEANTS DOMINE UNE AG HOULEUSE

CARREFOUR LA RÉMUNÉRATION DES DIRIGEANTS DOMINE UNE AG HOULEUSE

Le gendarme de la gouvernance a demandé vendredi à Carrefour de s'expliquer "dans les plus brefs délais" sur la détermination de la rémunération de ses dirigeants, en particulier sur les indemnités de départ de son ancien PDG, Georges Plassat. Georges Plassat a "décidé de renoncer à l'application de la clause de non-concurrence qui lui avait été octroyée et donc au versement de l'indemnité de départ correspondante", a annoncé Carrefour.

Cette décision a été prise " en raison de l'incompréhension qui entoure les conditions financières de son départ ", ajoute Carrefour.

Cette somme comportait près de 4 millions d'euros d'indemnité de départ sous forme d'un engagement de non-concurrence.

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire a déclaré pour sa part samedi à Reuters qu'il jugeait le niveau de ces rémunérations "incompréhensible et choquant", étant donnée la "situation dégradée" dans laquelle les anciens dirigeants ont laissé le groupe. Carrefour est en effet engagé dans un sévère plan de restructuration sous la direction du nouveau PDG Alexandre Bompard, avec des milliers de suppressions d'emplois annoncées en janvier et des fermetures de magasins. Les magasins avaient été touchés par un mouvement de grève exceptionnel fin mars. "On ne peut sanctionner cet échec par des rémunérations élevées et une telle prime de départ", a-t-il critiqué dans un entretien à l'AFP. Avant de sommer le patronat de prendre des "mesures fortes" afin que le code de conduite le code Afep-Medefdes entreprises soit respecté à l'avenir. Le HCGE est chargé d'examiner depuis 2013 l'application de ce code, une sorte de règlement de bonne conduite établi par le patronat.

"Le HCGE considère que celles-ci constituent des déviations sérieuses par rapport aux recommandations du code Afep-Medef et qu'il appartient au groupe Carrefour de répondre" aux interrogations relatives à ces modalités "dans les plus brefs délais", a indiqué le comité dans un communiqué.

Chez Carrefour, le patron Alexandre Bompard a annoncé qu'il ferait des propositions pour que sa propre indemnité de départ, versée au terme de son mandat, qui court jusqu'au 31 décembre 2020, ne "fasse plus débat".

Dernières nouvelles