Lozère (48) : la carte des routes à la mortalité la plus élevée

80 km  h sur les routes: le décret publié dimanche au Journal officiel

L’abaissement à 80 km h au maximum sur les routes secondaires au lieu de 90 km

Les éléments révélés par le JDD sont extraits d'une longue étude réalisée entre 2006 et 2015 par le professeur Claude Got, spécialiste de l'accidentologie, pour la Ligue contre la violence routière.

Le 1er juillet, 400.000 km de routes départementales et nationales sans séparateur central vont être limitées à 80 km/h au lieu de 90 km/h. C'est la route la plus meurtrière au km du département. Et si la fronde populaire ne cesse de monter contre cette réforme, le gouvernement tient bon: "J'assume le risque de l'impopularité", a déclaré le premier ministre, Edouard Philippe. "La multiplication des agglomérations est productrice d'un grand nombre de voies les réunissant". Et notamment sur le département de l'Aveyron.

Le spécialiste JDD publie une étude du spécialiste Claude Got sur les routes secondaires où il y a le plus de morts. La moitié de ces décès ont été constatés sur quatorze axes départementaux, qui ne représentent que 17% de la longueur totale des voies sans séparateur médian.

Dans le détail, en Meurthe-et-Moselle, selon cette étude, 189 personnes ont perdu la vie sur des routes à deux voies, sans séparateur médian entre 2006 et 2015. Réalisée pour la Ligue contre la violence routière, elle met en exergue la vitesse et le trafic élevé comme principales causes.

En Sarthe, ce sont 14 voies qui ont été identifiées comme les plus mortelles.

Le passage aux 80km/h sur ces routes est-il justifié?

Dernières nouvelles