Les Etats-Unis quittent le Conseil des droits de l'homme de l'ONU

Les États-Unis en voie de quitter le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU

Les USA se retirent du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu

Les Etats-Unis se sont retirés mardi du Conseil des droits de l'homme de l'ONU en accusant l'institution basée à Genève d'"hypocrisie" et de parti pris contre Israël, une décision aussitôt dénoncée par des organisations de défense des droits humains.

Les Etats-Unis ont décidé de quitter le Comité des droits de l'homme de l'Onu, a annoncé l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley faisant valoir que cette institution avait une position partisane défavorable à Israël.

De son côté, M.Pompeo a déclaré que le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu ne défendait pas les droits de l'Homme, mais couvrait leur violation.

À la mi-2017, la représentante des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley, avait appelé à une profonde réforme de l'organe principal du système onusien en matière de droits de l'homme.

Cette annonce intervient au lendemain de vives critiques du Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Zeid Ra'ad Al Hussein contre la politique "inadmissible" et "cruelle" des autorités américaines de séparation d'enfants de leurs parents sans-papiers à la frontière mexicaine.

"Malheureusement, il est maintenant clair que notre appel à la réforme n'a pas été entendu", a dit Mme Haley.

Les États-Unis, dont le mandat au Conseil prend fin en principe en 2019, réclamaient que l'exclusion des États membres qui commettent de graves violations des droits de l'homme soit votée à la majorité simple et non aux deux tiers.

Pour l'ONG Human Rights Watch, cette décision "va mettre le pays en marge des initiatives mondiales cruciales pour défendre les droits de l'homme". "Mais Donald Trump n'est intéressé que par la défense d'Israël", a-t-il dénoncé.

Ce n'est pas la première fois que les Etats-Unis claquent la porte. Ils demandent en outre un renforcement du processus de sélection des 47 Etats membres, élus par l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

Depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche début 2017, les États-Unis se sont retirés de l'UNESCO, ont coupé plusieurs financements à des organes de l'ONU, et ils ont annoncé notamment leur retrait de l'accord de Paris sur le climat et de l'accord nucléaire avec l'Iran endossé par les Nations unies. Lors de la création du CDH, en 2006, George W. Bush avait choisi de ne pas se porter candidat à un siège.

Dernières nouvelles