Vers une "taxe migrants" — Hongrie

La Hongrie adopte une loi qui pénalise l’aide aux migrants

Viktor Orban poursuit le durcissement de sa politique anti-migrantsSZILARD KOSZTICSAK AFP

Cet ensemble législatif avait été annoncé et promis par le Premier ministre hongrois au mois de février, avant sa réélection en avril pour un troisième mandat consécutif.

Le dirigeant hongrois, qui se présente comme le fer de lance de la défense de l'"Occident", a érigé dès 2015 une barrière anti-migrants de plusieurs centaines de kilomètres à la frontière avec la Serbie et la Croatie et est régulièrement cité en modèle par des ténors d'extrême droite à travers le monde. Concrètement, cette nouvelle législation, adoptée par 160 voix pour et 18 contre, pénalise encore davantage les ONG ou les citoyens venant en aide aux réfugiés.

Le Parlement a aussi fait voter un amendement dans la Constitution établissant qu'aucune instance ne pouvait porter atteinte à "la composition de la population" hongroise. En plus de cela, la Constitution fait désormais de " la défense de la culture chrétienne " une obligation pour toutes les institutions de l'Etat. "Avec cette modification constitutionnelle nous interdisons l'établissement de populations étrangères en Hongrie ", a déclaré le gouvernement dans un communiqué, soulignant " faire valoir la volonté des Hongrois ". L'ensemble législatif interdit par ailleurs aux sans-abri de passer la nuit dans les espaces publics. Selon le document, venir en aide aux demandeurs d'asile pour qu'ils obtiennent le statut de réfugiés pourrait se solder par une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à un an si ces personnes ne sont pas en danger immédiat ou sont entrées en Hongrie de façon illégale.

"C'est un nouveau coup bas dans une campagne de plus en plus dure visant la société civile et nous y résisterons pied à pied", a ajouté l'ONG. Remanié à trois reprises depuis janvier, il prévoit de pénaliser tout individu travaillant pour des organisations d'aide aux réfugiés en sol hongrois. Il est accusé par le gouvernement d'orchestrer une " immigration de masse " vers l'Union européenne.

Dernières nouvelles