Airbnb et Drivy épinglés par UFC-Que Choisir

Shutterstock

Shutterstock

Alors que débute l'été, que les vacances approchent, l'UFC-Que Choisir alerte sur les conditions générales des principales plateformes d'économie collaborative (locations pour les vacances, voitures, outillage/bricolage, etc.) qui sont truffées de clauses que l'association estime abusives ou illicites. "Entre le manque de lisibilité des clauses, les exonérations des responsabilités, les frais cachés, l'utilisation des données personnelles des utilisateurs, la philosophie sociétale initiale de l'économie collaborative s'efface largement devant les excès juridiques au seul profil des plates-formes", dénonce l'UFC-Que Choisir.

En cas de litiges, les plateformes "tendent à échapper à leur responsabilité". Sur le front de l'indemnisation du consommateur en cas d'interruption du service par le professionnel, les sites Allovoisins ou Ouicar son aussi mis à l'index. D'ailleurs, les consommateurs d'UFC-Que Choisir dénoncent également l'utilisation des données personnelles des utilisateurs de ces plateformes sans demande d'autorisation, s'octroyant "toute liberté d'utilisation, y compris en dehors de la plateforme, voire pour des usages commerciaux". Les Conditions générales d'utilisation (CGU) sont difficiles à trouver sur le site, trop longues, complexes avec parfois des.

En cause, de nombreux liens hypertextes glissés dans les conditions, dont les pages peuvent être écrites en anglais, mais aussi l'emploi de "notions floues et imprécises". Ouicar et Airbnb se dispensent même d'un consentement exprès puisque le silence vaut acceptation, est-il indiqué. Vous ne pouvez pas non plus annuler votre location chez Allo Voisins et Ouicar, et ne comptez pas sur le remboursement de Zilok, Stootie ou Drivy en cas de dommages directs.

Données: vous avez dit " personnelles "?

L'association de défense des consommateurs vient donc de mettre en demeure les responsables de ces plateformes. Les conditions générales comprennent aussi des "possibles frais additionnels ou variables" difficiles à évaluer, dans la mesure où Zilok "entend s'autoriser à modifier les frais et commissions" et où certains, comme sur Airbnb, prévoient que c'est au consommateur de "vérifier le montant de ces frais et leur mode de calcul". Elle leur donne un mois pour régulariser la situation, à défaut de quoi UFC-Que Choisir se tournera vers la justice pour faire valoir les droits des consommateurs.

Dernières nouvelles