Rencontre œcuménique de Genève : l’intégralité du discours du pape

Le pape François et un garde suisse au Vatican le 4 mai 2018

Le pape François et un garde suisse au Vatican le 4 mai 2018. Vatican Media Reuters

Plus de peur que de mal. Le pape François s'est alors agrippé à une personne qui était à ses côtés.

Le Pape François l'a bien compris lors d'une messe donnée à Genève en Suisse, invité par le Conseil oecuménique des Eglises (COE), qui fête ses 70 ans.

Certes, " il n'est pas difficile de trouver des sujets qui divisent toujours les chrétiens ", comme des questions sur la sexualité, a-t-il confié à l'AFP avant l'arrivée du pape. "On vit du matin au soir, parmi mille appels et messages, incapables de s'arrêter devant les visages", a-t-il regretté, vantant les relations "personnelles" et non "virtuelles".

Le pape doit participer à une "prière oecuménique" et pour son 23e voyage à l'étranger les catholiques espèrent qu'il aura un message d'apaisement dans cette ville qui accueille entre autres les Nations Unies et l'Organisation internationale pour la migration. Soit une goutte d'eau dans une histoire bi-millénaire marquée par des schismes, des guerres de religions sanglantes et des haines tenaces.

Les rapports désormais plus apaisés avec les orthodoxes et les protestants s'inscrivent dans le contexte d'une déchristianisation galopante en Europe ainsi que des persécutions ou attaques terroristes à l'encontre des chrétiens.

Le pape François emploie régulièrement l'expression "oecuménisme du sang", en déplorant l'assassinat sans distinction de catholiques, orthodoxes ou protestants.

L'Eglise catholique-romaine (1,3 milliard de baptisés) ne souhaite pas être adhérente du COE, qui représente à travers des petites églises et communautés plus de 500 millions de chrétiens ne reconnaissant pas la primauté du pape. Alors qu'il vient de saluer ses fidèles, le Pape entame sa descente de l'estrade, mais se rate complètement. Le souverain pontife célébrera aussi une messe devant quelque 40.000 catholiques, dont des frontaliers français. Sur environ huit millions d'habitants de la Suisse, 41% se disent catholiques et un quart protestants.

Dernières nouvelles