Vaccins : six académies de science dénoncent les propos du Pr Joyeux

Henri Joyeux à Paris le 7 novembre 2017Plus

Henri Joyeux à Paris le 7 novembre 2017Plus

Ce mercredi, Michel Cymes s'est adressé au médecin montpelliérain sur le plateau de France 5.

Le Conseil national de l'Ordre des médecins reproche au Pr Joyeux des propos ne se fondant "sur aucune preuve scientifique" voire "alignant des contre-vérités" et "dangereux pour la population".

Le Conseil national de l'Ordre des médecins vient de se pourvoir en cassation pour contester l'annulation de la radiation du Professeur Joyeux, a-t-il annoncé dans un communiqué. "Étant à la retraite, vous ne méritiez pas une telle infamie" ajoute-il d'un ton ironique. La chambre disciplinaire nationale de l'Ordre des médecins, indépendante du Conseil national de l'Ordre, a estimé que la radiation prononcée en première instance n'était "pas suffisamment motivée". Ca veut dire quoi? "Les six Académies, dans leur devoir de protection de la santé des populations, déclarent solennellement que la liberté d'expression a des limites et qu'elle n'excuse en rien les allégations irresponsables de certains professionnels de santé " peut-on lire. "Alors bravo monsieur Joyeux et n'oubliez pas d'offrir le champagne à vos amis du conseil départemental de l'Ordre des médecins qui vous ont soutenu dans cet appel contre votre radiation. Ça veut dire que j'ai raison", a déclaré le professeur Henri Joyeux suite à cette décision.

Nombre de propos et d'engagements parallèles du professeur Joyeux pourraient permettre de deviner que son positionnement ne se limite pas qu'à cette volonté d'éviter que les parents soient "contraints " d'aller au-delà des obligations légales.

"J'ai pitié de ceux qui m'ont accusé". La chambre disciplinaire nationale a réhabilité le professeur Henri Joyeux, cancérologue renommé, qui avait été radié en première instance par le Conseil national de l'ordre des médecins pour ses propos sur les vaccins. "Les laboratoires pharmaceutiques ont essayé de me détruire". Cependant, selon les responsables de l'Ordre, la défense de la liberté de ne se conformer qu'aux seules vaccinations obligatoires, ne serait qu'un prétexte pour le professeur Joyeux, comme pour beaucoup d'autres, pour instiller un doute et pour nourrir une remise en cause bien plus profonde et dangereuse. "Il faut continuer plus que jamais". "Parce qu'être médecin, c'est aussi être responsable".

Dernières nouvelles