Découverte de crocodiles orange, coincés depuis 3.000 ans dans des grottes — Gabon

Plusieurs hypothèses expliqueraient cette dépigmentation

Plusieurs hypothèses expliqueraient cette dépigmentation. Image AFP

Repérés en 2008 au Gabon par Richard Oslisly un géo-archéologue, des crocodiles orange vivant dans des grottes ont été étudiés par des chercheurs. Ce "crocodile orange cavernicole", qui peut mesurer 1,70 mètre, est unique au monde et n'a été observé que dans ces grottes du Gabon, rapporte le géoarchéologue Richard Oslisly. Car pendant leur exploration de la grotte ils sont tombés sur quelque chose d'assez exceptionnel: des crocodiles orange. Des études plus poussées ont toutefois mené à d'autres hypothèses notamment une dépigmentation causée par le manque de lumière et la une substance faite d'excréments de chauves-souris.

Depuis 2010, Richard Oslisly, Olivier Testa et le chercheur américain Matthew Shirley ont effectué de nombreuses expéditions scientifiques afin d'avoir plus d'informations sur ces crocodiles hors du commun.

Des dizaines de crocodiles avec une coloration "normale" vivent dans des grottes voisines connectées à la surface, explique M. Testa, alors que les crocodiles oranges croupissent dans des grottes accessibles uniquement par des puits verticaux.

"On pense que ces dizaines de crocodiles se seraient installées dans les grottes d'Abanda il y a environ 3000 ans, ce qui correspond relativement bien avec une période où le niveau de la mer avait baissé et où cette zone côtière est redevenue terrestre" note M. Shirley.

En faites, les grottes d'Abanda sont liées entre elles par des petits passages ou tuyaux mais ceux-ci peuvent facilement se bloquer à cause de la montée des nappes phréatiques.

S'ils se sont installés dans les grottes, c'est parce qu'ils y trouvent leur compte, affirme Matthew Shirley. Du coup, ils doivent apprendre à survivre dans le noir complet en se nourrissant de chauves-souris, grillons et criquets.

L'environnement particulièrement exigeant d'une cave a également poussé les bêtes à modifier leurs habitudes.

Selon les trois chercheurs, ces animaux sont apparentés au groupe des crocodiles nains Osteolaemus Tetraspis.

Les trois chercheurs plaident pour que les grottes d'Abanda deviennent un "sanctuaire intégralement protégé " pour ces animaux. "Il reste encore beaucoup à découvrir dans les grottes d'Abanda", estime le géoarchéologue qui espère y développer le "tourisme scientifique".

Dernières nouvelles