Dans le viseur de Donald Trump — Pétrole iranien

Pétrole: Trump annonce que le roi d'Arabie saoudite est d'accord pour augmenter la production

Le président américain a critiqué l'Opep a plusieurs reprises ces dernières semaines. @ BRENDAN SMIALOWSKI AFP

L'Arabie saoudite s'est dite disposée, selon le communiqué, à travailler à la stabilité du marché " en coordination avec les autres pays producteurs ".

Cela étant, le chiffre avancé par l'administration Trump suscite maintenant le doute de nombre d'opérateurs, qui se demandent si l'Arabie saoudite a vraiment fait une telle promesse, et si de toute façon elle a encore 'sous le pied' une telle capacité de production excédentaire.

La proposition d'augmentation de la production de pétrole, a souligné M. Kaddour, sera discutée lors de la prochaine réunion conjointe des producteurs de l'OPEP et des pays non membres de l'OPEP qui se tiendra à Vienne le 22 septembre. Il est à noter que la capacité de production saoudienne avoisine les 2 millions de barils par jour.

Interrogé sur une éventuelle pression des grands pays producteurs au sein de l'Opep, le ministre a affirmé que chaque pays a pris cette décision en toute souveraineté, tout en rappelant que les décisions ne peuvent être prises qu'unanimement, selon les statuts de l'organisation.

Le cartel et ses alliés sont liés depuis fin 2016 par un pacte de limitation de la production pour faire remonter les cours du brut.

Le président américain a régulièrement critiqué l'Opep ces dernières semaines, l'accusant de ne pas agir. Comme le Venezuela et la Libye n'ont pas réussi à produire, les pays de l'OPEP ont décidé d'augmenter leur production d'un million de barils pour compenser", a noté le PDG de Sonatrach, ajoutant: "C'est la raison pour laquelle les prix sont au même niveau.

Le 8 mai dernier, Donald Trump a annoncé que les États-Unis se retiraient de l'accord signé en 2015 entre des grandes puissances et l'Iran, qui avait alors accepté d'abandonner son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

Dans un entretien accordé le 1er juillet à Algérie Presse Service (APS), le PDG de la société nationale des hydrocarbures algérienne SONATRACH, Abdelmoumen Ould Kaddour, a affirmé qu'il était de l'intérêt des pays de l'OPEP et de la Russie de respecter les dispositions de l'accord signé à Alger le 28 septembre 2016 pour maintenir les prix du pétrole.

S'exprimant sur les conséquences de l'augmentation de la production de brut par l'Arabie saoudite, si cette dernière répondait positivement à la demande du Président américain, le responsable algérien a souligné qu'"on ne sait pas comment le marché va réagir", mais ce qui est sûr, c'est que "les prix vont baisser". "Il y aura une évaluation de la situation" pour s'assurer "qu'il y a nécessité d'augmenter l'offre sur le marché", a-t-il indiqué.

Dernières nouvelles